"C’est terrible, c’est peu et c’est tard" : plongée dans le dédale du simple ou double droit passerelle de crise

L’attribution ou pas du double droit passerelle de crise pour les commerces non essentiels, c’était l’une des sagas de la semaine. Certes, elle a fait moins de raffut que les trajets en train vers la Côte ou la “boum” au Bois de la Cambre, mais tout de même ! Quel imbroglio, et quelle insécurité pour les entreprises, ce droit passerelle.

Une certitude : en mai, un droit passerelle simple de reprise peut être obtenu si le chiffre d’affaires d’avril 2021, plombé par les contraintes de rendez-vous ou de fermeture, est inférieur de 40% au moins au chiffre d’affaires d’avril 2019.
Une certitude : en mai, un droit passerelle simple de reprise peut être obtenu si le chiffre d’affaires d’avril 2021, plombé par les contraintes de rendez-vous ou de fermeture, est inférieur de 40% au moins au chiffre d’affaires d’avril 2019. ©BAUWERAERTS DIDIER
Du simple ou double, du double au simple, les indépendants étaient quelque peu perdus au moment de savoir de quel droit passerelle ils pourraient bénéficier. C’est qu’entre le communiqué de presse d’Alexander De Croo (Open VLD) du 24 mars qui rassure les indépendants en évoquant le maintien du droit passerelle de crise et le communiqué de presse du ministre des PME et des indépendants David Clarinval (MR) confirmant le soir même ce double droit passerelle de crise, il y a une période de flottement jusqu’au… mardi 30 mars,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet