L’impôt minimum mondial, "un accord de pays riches pour les pays riches"?

Les Etats du G7 devraient adopter le principe qui consiste à taxer au moins à 15 % les bénéfices des grands groupes quel que soit le territoire où ils exercent leur activité. Une arme pour lutter contre les paradis fiscaux.

La secrétaire au Trésor Janet Yellen, accueillie par le ministre britannique de l'Economie Rishi Sunak, à l'occasion du G7 organisé à Londres.
La secrétaire au Trésor Janet Yellen, accueillie par le ministre britannique de l'Economie Rishi Sunak, à l'occasion du G7 organisé à Londres. ©AFP
Franck Bouaziz pour Libération
Poussé par l’administration Biden, le projet d’impôt minimum mondial sur les sociétés est en fait le résultat d’une réflexion qui mûrit depuis plusieurs années au sein de l’OCDE et de ses 38 Etats représentant 75 % des échanges commerciaux mondiaux. C’est un Français, Pascal Saint-Amans, ancien fonctionnaire du service de la législation fiscale à Bercy, qui pilote ce dossier au sein de l’organisation....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet