Commerce extérieur de la Belgique : "La reprise se manifeste dans la très grande majorité des produits et avec pratiquement tous les pays partenaires"

Les statistiques du commerce international sont très encourageantes pour le mois d'avril.

Commerce extérieur de la Belgique : "La reprise se manifeste dans la très grande majorité des produits et avec pratiquement tous les pays partenaires"
© Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Le même mois en 2020 était en effet celui où le commerce extérieur avait atteint son point le plus bas en raison de la pandémie. Entre avril 2020 et avril 2021 donc, les exportations et les importations de biens ont grimpé de respectivement 46,7 % et 37,8 %, indique mardi la Banque nationale. "La reprise du commerce extérieur se manifeste dans la très grande majorité des produits et avec pratiquement tous les pays partenaires. Du côté des exportations, les plus larges contributions sont dues au matériel de transport et aux produits chimiques et pharmaceutiques, ces derniers étant notamment soutenus par les ventes de vaccins Covid-19. A l'importation, ce sont également le matériel de transport, mais aussi les produits minéraux, qui ont enregistré les plus fortes croissances", souligne la BNB.

La croissance trimestrielle moyenne par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente présente, en avril, des hausses de respectivement 17,1 % et 14,6 % pour les exportations et les importations, alors qu'en mars 2021, on n'avait enregistré qu'une progression trimestrielle moyenne de 1,3 % des exportations et même un recul de 0,6% des importations.

"Les exportations à destination du Royaume-Uni constituent un des rares points négatifs: en dépit d'une reprise en avril, on enregistre une croissance négative au cours des trois derniers mois, sans conteste un effet persistant du Brexit", relève la BNB.

Les échanges avec les États-Unis se replient eux aussi: du côté des importations, ce recul est principalement imputable à une diminution du commerce de véhicules électriques, tandis que du côté des exportations, ce sont surtout les échanges de produits pharmaceutiques qui diminuent, alors qu'ils avaient particulièrement bien résisté pendant le premier confinement.

Sur le même sujet