Dossier Airbus/Boeing : l'UE et les Etats-Unis vont suspendre les droits de douane punitifs pour cinq ans

L'UE et les Etats-Unis vont annoncer mardi une suspension pendant cinq ans de leurs droits de douane décidée début mars pour résoudre leur vieux conflit sur les subventions illégales accordées aux avionneurs Airbus et Boeing, selon des sources européennes.

La Libre Eco avec AFP

"On a un accord pour prendre le temps de parvenir à une solution de long terme. Pendant ce temps les sanctions seront suspendues", a déclaré une source européenne à l'AFP. "C'est un bon accord, une longue trêve" dans ce conflit, a estimé une deuxième source au fait des discussions se déroulant dans le cadre du sommet UE/Etats-Unis à Bruxelles.

Un autre responsable européen a précisé que la prolongation portait sur cinq années, une durée confortable pour sceller un accord définitif dans ce contentieux vieux de 17 ans.

"Je suis très confiante que nous allons trouver aujourd'hui un accord sur le dossier Airbus-Boeing au cours des discussions avec nos amis américains", a déclaré mardi la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Washington et Bruxelles avaient décidé début mars de suspendre pour une durée de quatre mois jusqu'au 11 juillet les droits de douane qu'ils s'infligent dans ce différend opposant l'avionneur européen Airbus à son rival américain Boeing.

Cette annonce avait été accueillie avec soulagement, notamment en France où la surtaxe de 25 % imposée en octobre 2019 par les Etats-Unis, premier marché pour les vins français, a coûté 500 millions d'euros à la filière en 2020. La taxe avait été ensuite étendue au cognac et à l'armagnac par Donald Trump en janvier 2021, juste avant de quitter la Maison Blanche.

Bataille depuis octobre 2004

L'Union européenne et les Etats-Unis s'affrontent depuis octobre 2004 devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales.

Sous l'administration Trump, Washington avait été autorisé en octobre 2019 à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) de biens et services européens importés chaque année, à hauteur de 25 % pour les vins et spiritueux, et de 15 % pour les avions Airbus.

Dans une décision miroir un an plus tard, l'OMC avait autorisé Bruxelles à mettre en place des taxes sur des produits importés des Etats-Unis. L'UE impose, depuis, des droits de douane sur 4 milliards de dollars d'exportations américaines.

L'administration Biden avait assuré le 14 mai qu'elle faisait tout son possible pour trouver d'ici juillet un accord sur ce différend. "J'ai beaucoup d'espoir et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que nous atteignons l'objectif au cours de cette période de quatre mois", avait déclaré la représentante au Commerce Katherine Tai.

Présente à Bruxelles, elle a participé ces dernières heures à de longues négociations avec le commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis.

Sous l'administration Trump, les Etats-Unis s'étaient lancés dans des guerres tarifaires tous azimuts, et notamment avec Bruxelles. La tendance est désormais à l'apaisement et au dialogue avec l'UE que Washington espère rallier dans son brase de fer avec la Chine.