Les douaniers protestent à nouveau : "Ils constatent de rares et minimes avancées, des promesses vagues, orientées et sans aucun agenda"

Les douaniers rejettent unanimement le protocole proposé par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem et les actions de protestation des douaniers vont dès lors reprendre, prévient mardi le front commun syndical du SPF Finances.

placeholder
© Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Le préavis en la matière a en effet été réactivé. Plusieurs actions de protestation des douaniers avaient eu lieu début mai, notamment à Martelange, à la frontière luxembourgeoise, à Havay, à la frontière française, et à Brussels Airport.

Dans la foulée, le ministre des Finances et les responsables de la Douane avaient rencontré les représentants du personnel le 10 mai dernier. Les organisations syndicales avaient alors décidé de suspendre le préavis d'action le temps de consulter leurs bases.

Les conclusions de cette consultation sont tombées mardi: les douaniers ont rejeté le protocole relatif aux négociations menées au sein du Comité de Secteur II - Finances. Ils ne constatent que "de rares et minimes avancées, des promesses vagues, partielles, orientées et sans aucun agenda" de la part du ministre.

Pas d'autre alternative

CGSP AMiO, CSC Services Publics, SLFP-Finances et UNSP - Secteur Finances demandent des recrutements supplémentaires pour que la douane puisse assurer toutes ses missions, le maintien et le renforcement des services sur tout le territoire, la priorité à la vaccination contre le Covid-19 et une rémunération à la hauteur du travail effectué, des efforts consentis et des risques encourus. En ce qui concerne les pensions, ces organisations souhaitent la régularisation et la prise en compte de la pénibilité de la profession de douanier. Les syndicats veulent également la fin de tous les petits problèmes opérationnels et un horaire de travail qui respecte les agents.

"Mais les propositions du ministre sont loin, très loin de couvrir ces demandes. Les douaniers ne se sentent ni entendus ni soutenus par le ministre et leur hiérarchie", déplore le front commun, qui dit ne plus pouvoir garantir la paix sociale au sein des services douaniers.

Il ne fait plus de doute que le mouvement de grogne de la douane va s'amplifier et touchera inévitablement la population en cette période estivale et le monde économique, mettent en garde les syndicats.

"Nous le regrettons, mais le ministre et le gouvernement ne laissent pas d'autres alternatives aux agents", concluent-ils.

Sur le même sujet