Pour la première fois en dix ans, la Banque centrale hongroise relève son taux directeur

La Banque centrale hongroise (MNB) a annoncé mardi une hausse de 0,30 point de son taux directeur, à 0,9 %, une première en une décennie justifiée par des risques inflationnistes dans un contexte de normalisation post-Covid de l'économie.

placeholder
© AFP
La Libre Eco avec Belga

"Le cycle de relèvement des taux a commencé et durera jusqu'à ce que l'inflation retombe à un niveau viable", a expliqué devant la presse le gouverneur György Matolcsy.

Dopés par la reprise, les prix ont augmenté de 5,1% en mai, bien au-delà de l'objectif de 3% fixé par l'institution monétaire.

Avec un taux de 0,9 %, la MNB retrouve ainsi le niveau d'avant-crise.

Elle avait procédé à un abaissement en juin 2020, puis de nouveau un mois plus tard, afin de soutenir l'activité face à la pandémie de Covid-19. Depuis cette date, le taux directeur se situait au niveau historiquement bas de 0,6 %.

Cette décision survient alors que le redressement économique s'est confirmé au premier trimestre dans ce pays d'Europe centrale de 9,8 millions d'habitants.

La banque centrale a d'ailleurs relevé sa prévision de croissance et table désormais sur une augmentation du Produit intérieur brut (PIB) de 6 % cette année, après une récession de 5 % en 2020.

Le gouverneur a attribué cette vitalité à la campagne de vaccination mise en place, qui a "quatre à six semaines d'avance sur les autres pays de l'UE" grâce au recours aux sérums russe et chinois.

La Hongrie, dont près de la moitié de la population est complètement immunisée, avait rouvert dès le mois d'avril ses terrasses de cafés et restaurants.

Depuis mars 2013, l'institut monétaire est dirigé par l'ancien ministre de l'Economie György Matolcsy - un proche du Premier ministre Viktor Orban - nommé après une modification constitutionnelle.

Le pays est membre de l'Union européenne depuis 2004, tout en restant depuis en marge de la zone euro.

Avec la reprise économique, l'inflation reprend de la vigueur partout dans le monde. La Réserve fédérale américaine (Fed), tout comme la Banque centrale européenne (BCE), ont toutefois récemment jugé "prématuré" de relever les taux et de réduire leur soutien à l'économie afin d'éviter une surchauffe.

Mais en Islande, au Brésil et en Russie, les banques centrales ont déjà resserré leur politique monétaire pour contrer l'inflation.