L'Awex revoit son fonctionnement face à "un environnement très mouvant"

L'agence wallonne à l'exportation (Awex) se dote d'une nouvelle stratégie.

placeholder
© HAULOT ALEXIS
Belga

"Le taux de satisfaction de nos clients est bon, mais il fallait revoir notre fonctionnement. L'agence évolue dans un environnement très mouvant", explique dans L'Echo jeudi, Pascale Delcomminette, l'administratrice générale de l'agence. Le premier pilier de cette refonte se concentre autour de la simplification d'une série de missions de l'Awex dont les incitants financiers (7,5 millions d'euros par an). "La crise nous a montré que nous devons accélérer la digitalisation et permettre un traitement plus rapide des dossiers de demandes d'incitants pour les entreprises. Cela va s'accompagner d'une nouvelle réforme. Elle est sur la table du gouvernement, dans le cadre du plan de relance avec une augmentation des moyens pour les entreprises", pointe la patronne de l'Awex.

L'autre grand chantier touche à la création d'un département sectoriel -14 experts sectoriels qui travailleront en binôme - qui supplantera, à certains moments, la vision trop géographique de l'Awex. "On ne pouvait plus se contenter d'un discours généraliste. L'approche sectorielle va nous permettre de mieux vendre tout notre écosystème auprès d'investisseurs étrangers, et de dénicher les chaînons manquants de nos filières porteuses", poursuit l'administratrice générale.

L'Awex va en outre lancer une série de nouveaux services, comme un diagnostic de maturité pour les entreprises qui souhaitent se lancer à l'international. L'agence entend aussi contractualiser ses relations avec les entreprises.

La nouvelle stratégie résulte de plus d'un an de travaux et la mobilisation d'une partie des 400 agents de l'agence. "Nous ne sommes pas dans une révolution, même si cette réorganisation interne va créer des changements pour nos agents. On sort de sa zone de confort. Il y aura beaucoup de mobilité en interne et beaucoup de changements de profils. Nous devons finaliser les nouvelles équipes pour septembre. Tout cela a nécessité un accompagnement important. Même s'il n'y aura pas de perte d'emploi, il a fallu rassurer les équipes durant tout le processus", explique Mme Delcomminette.