La Fédération des CPAS et l'Union des villes et communes de Wallonie donnent leur avis sur le plan de relance régional

Tous les axes du plan devraient intégrer des mesures destinées aux "plus pauvres".

placeholder
© Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

La Fédération des CPAS et l'Union des villes et communes de Wallonie (UVCW) ont remis début juillet leur avis sur le plan de relance wallon, pour lequel la Région va dégager à terme près de 10 milliards d'euros. Dans un premier temps, 7,64 milliards d'euros seront mobilisés par le gouvernement wallon, auxquels il faudra ajouter, au premier trimestre 2022, plus de deux milliards issus du fonds Feder et du Fonds social européen.

Si la Fédération des CPAS salue ce plan de relance wallon, elle "s'étonne", dans un avis diffusé à la presse lundi, "du rôle relativement faible directement joué par les CPAS" dans la présentation actuelle de ce plan. Pour elle, ces organismes publics, "en tant que pivot des politiques sociales wallonnes, devraient jouer un rôle important dans cette relance wallonne".

La fédération s'interroge également sur les moyens qui seront accordés aux centres publics d'action sociale et plaide pour que les actions envisagées dans le Plan wallon - annoncé - de sortie de la pauvreté soient intégrées dans ce plan de relance. "Un plan de relance ne peut fonctionner que s'il intègre, dans ses perspectives de développement socio-économique, l'ensemble de la population, en ce compris les plus démunis." Tous les axes du plan devraient ainsi intégrer des mesures destinées aux "plus pauvres".

Clarté

L'Union des villes et communes de Wallonie, quant à elle, demande de la clarté au gouvernement à propos des budgets qui seront alloués aux pouvoirs locaux dans le cadre du plan de relance. L'Union demande à être consultée en amont de l'élaboration des appels à projets et s'inquiète des difficultés que les pouvoirs locaux pourraient rencontrer pour répondre à ces appels, dont la procédure devrait selon elle être standardisée et simplifiée.

L'Union demande que la contrepartie demandée au pouvoir local soit nulle ou en tout cas la plus basse possible. Enfin, elle sollicite l'évaluation de ce plan de relance par l'Iweps, l'institut wallon de statistiques.

"Dans ce plan de relance, nous lisons beaucoup d'ambition et une volonté certaine d'appuyer la relance wallonne sur les pouvoirs locaux et notamment sur les communes, les CPAS, les SLSP (sociétés de logement de service public, NDLR), les intercommunales, pouvoirs de proximité par excellence", se réjouit, en conclusion, l'Union.

Sur le même sujet