Lutte contre le blanchiment d'argent au Vatican : 16 dossiers suspects épinglés en 2020

L'Autorité de surveillance et d'information financière (ASIF) - le gendarme financier qui traque les transactions suspectes au sein de la banque du Vatican mais aussi d'autres entités du Saint-Siège - a remis seize dossiers suspects au procureur du Vatican en 2020, a-t-elle annoncé jeudi.

Lutte contre le blanchiment d'argent au Vatican : 16 dossiers suspects épinglés en 2020
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Selon son rapport 2020, l'autorité indépendante (logée dans la Cité du Vatican) avait reçu un total de 89 signalements d'activités potentiellement suspectes, dont tous n'ont pas été envoyés à la justice pour enquête.

Contrairement à l'année précédente, aucune transaction financière et aucun compte suspect n'ont été gelés. En 2019, 95 dossiers suspects avaient été signalés à l'autorité qui en avait transmis 15 à la justice.

L'ASIF signale avoir également échangé des informations à 58 reprises concernant 196 personnes avec d'autres organes similaires à l'étranger.

Renouvellement de l'ASIF

2019 avait été une année houleuse pour l'autorité de surveillance, qui s'est retrouvée au cœur d'une enquête sur le circuit de financement opaque d'un immeuble de luxe londonien acheté par le Saint-Siège ayant abouti à des perquisitions dans ses bureaux à l'automne, à la suspension de son numéro deux et à la démission de son président.

L'ancien président de l'organisation, le Suisse René Brülhart, et l'ex-directeur, l'Italien Tommaso Di Ruzza, font au final partie d'un groupe de dix inculpés d'un procès du tribunal pénal du Vatican qui démarrera fin juillet.

Les magistrats du Vatican ont estimé en effet que le gendarme financier avait "négligé les anomalies de l'opération de Londres".

A la suite du scandale, le nom, les statuts et les dirigeants ont été changés en 2020.