La Wallonie met la main à la poche pour les sinistrés : les communes pourront octroyer un prêt de 2 500 euros par foyer touché

Les graves inondations de ces derniers jours ont engendré des dégâts matériels et humains considérables en Wallonie. Le gouvernement wallon a pris, en urgence, différentes mesures pour apporter un soutien rapide à ceux qui en ont besoin.

placeholder
© BELGA
S.Ta.

La première d’entre elles concerne le soutien aux particuliers et aux communes. Le Centre régional d’aide aux communes (Crac) accordera un prêt sans intérêt aux communes sinistrées pour qu’elles puissent elles-mêmes octroyer un prêt de 2 500 euros par foyer touché. Avec cet argent, les communes pourront aussi prendre en charge les réparations d’extrême urgence des bâtiments communaux. “Ces prêts permettront d’anticiper les interventions des compagnies d’assurances et du Fonds des calamités publiques”, explique-t-on au cabinet du ministre-Président Elio Di Rupo (PS).

Le gouvernement a décidé d’initier une procédure de reconnaissance de calamité publique. “Le Centre régional de crise a été chargé de demander à l’Institut royal météorologique un rapport analysant les phénomènes d’inondations sur l’ensemble du territoire wallon. Un courriel a été envoyé aux 262 communes par le Centre pour leur rappeler d’introduire leurs demandes de reconnaissance dans les 21 jours”, explique-t-on encore.

Une aide d’urgence de 2,5 millions d’euros à destination des communes, via les gouverneurs, a aussi été débloquée. Elle doit leur permettre de prendre en charge les dépenses de première nécessité dans les premiers jours suivant les inondations. Cela s’ajoute à une décision prise jeudi qui octroie des subventions aux communes touchées par les inondations pour leur permettre de financer un support logistique en moyens matériels et humains pour le nettoyage et le déblaiement. On peut y ajouter 5 millions qui permettront aux communes d’engager du personnel via le mécanisme APE pour effectuer ces tâches. Les indépendants et les entreprises dans le besoin pourront solliciter un prêt sans intérêt auprès de la Sowalfin (Société wallonne de financement). Une enveloppe de 125 millions est prévue pour 2 500 prêts d’un montant maximal de 50 000 euros.

Un plan de financement pour la reconstruction

Tout cet argent ne vient pas de nulle part et après la crise sanitaire liée au Covid-19, les finances wallonnes, qui ne sont pas au beau fixe, sont une nouvelle fois sollicitées. Jean-Luc Crucke (MR), le ministre du Budget (MR), veut rester serein. “Cette première phase, urgente, nécessitait de débloquer des moyens, il faut la relativiser en termes de dépenses mais c’était indispensable”, explique-t-il.

Jean-Luc Crucke est bien conscient qu’il faudra sans doute mettre à nouveau la main au portefeuille pour la reconstruction de ce qui a été détruit. “Il faudra prendre de la hauteur et faire l’inventaire des besoins. C’est comme une reconstruction après une phase de guerre, on sort des budgets classiques. Il faudra un pilotage au plus haut niveau du gouvernement et mettre en place un mécanisme de financement sur lequel je commence à travailler. Il devra être prêt pour la rentrée.” Le ministre a déjà des idées mais il précise que ce n’est pas pour autant que ce sera la solution choisie, in fine. “Il pourrait y avoir une mobilisation de l’épargne privée par exemple”, dit-il, en ajoutant en guise de conclusion que “le monde politique doit faire autre chose que se bagarrer. Nous devons devenir plus forts, plus solidaires et plus responsables sur le plan climatique”.