Un célèbre investisseur met en garde contre une bulle économique : "Le krach approche"

Pour l'investisseurs britannique, Jeremy Grantham, la situation est pire que celles de 1929 et de 2000.

placeholder
© Shutterstock
La Libre Eco

Jeremy Grantham, président du conseil d'administration du célèbre gestionnaire d'actifs GMO, est passionné par le phénomène de bulle économique. Il suit le phénomène de près et avait déjà averti du risque de bulle immobilière en 2008.

En janvier, Jeremy Grantham a écrit une lettre aux investisseurs, "Waiting For the Last Dance", à propos d'une bulle qui gonfle. Celui-ci l'a qualifiée de ce qui "pourrait bien être l'événement le plus important de votre vie d'investisseur". Six mois plus tard, les marchés se fragilisent en Bourse.

Dans une interview, l'investisseur explique que les bulles sont incroyablement faciles à voir mais "il est plus délicat de savoir quand elles vont éclater." Pour lui, la situation est plus problématique qu'en 1929 ou en 2000. Il met en évidence de graves problèmes comme les taux d'intérêt, l'inflation, le travail et les prix des matières premières. "Tout cela commence à paraître moins optimiste qu'il y a à peine une semaine ou deux", ajoute-t-il.

Jeremy Grantham affirme qu'un krach est proche même s'il ne s'avance pas sur une date et sur la raison de ce krach. "Cela pourrait être lié au virus, à l'inflation ou encore à quelque chose auquel on n'a pas pensé", explique-t-il. Pour faire face à ce problème, il conseille de posséder des liquidités, ou encore ce que font les institutions, "c'est-à-dire acheter massivement dans les classes d'actifs les moins mauvaises et moins surévalués."

Il y a quelques jours, Georges Ugeux, ancien vice-président de la Bourse de New York et lui aussi une voix très écoutée du monde de la finance, prédisait une correction de la bourse américaine de l’ordre de 20 à 25 %. En début de semaine, la nervosité était palpable sur les marchés boursiers qui avaient enregistré des reculs importants. Compensés depuis par de nouveaux… gains.