La hausse des prix continue sa "remontada" en Europe et aux Etats-Unis par rapport à 2020

L'inflation, liée à la reprise économique, reste donc forcément importante par rapport à 2020.

La hausse des prix continue sa "remontada" en Europe et aux Etats-Unis par rapport à 2020
©AFP
A. Msc., avec agences

Peu avant l’ouverture de la bourse américaine, l’indice des prix à la consommation a affiché une hausse de 0,5 % pour le mois de juillet aux États-Unis, soit un ralentissement par rapport au mois de juin qui avait atteint 0,9 %. Cependant, cela reste une hausse de 5,4 % sur un an, si l’on prend le prix de l’énergie, qui a bondi avec la remontée du prix du baril. Sans cela, l’inflation américaine affiche une hausse de 4,3 % en juillet, par rapport à la même période en 2020.

Par ailleurs, la pénurie de main-d’œuvre liée à la pandémie a dopé les bas salaires aux États-Unis. Ce qui a pu généraliser le minimum de 15 dollars de l’heure, niveau défendu par les démocrates depuis plusieurs années. Cette hausse des salaires fait craindre à certains un effet inflationniste sur les prix des biens et services, même si le pouvoir d’achat serait relevé pour cette partie des travailleurs. Cependant, le nombre de travailleurs actifs étant encore plus faible qu’avant la crise, l’effet resterait très limité.

Record en Allemagne

En Allemagne, la hausse des prix a quant à elle grimpé de 0,9 % en juillet par rapport au mois précédent et de 3,8 % par rapport à 2020, soit un record depuis près de trente ans. Les prix de l’énergie (+11,6 % en un an) - indispensable pour faire tourner la machine productive germanique - en est en partie responsable. Au-delà de la hausse du prix du baril de brut, les prix du fioul, de l’essence et du gazole sont principalement poussés par la facturation, depuis janvier, du CO2, dans le cadre d’une fiscalité écologique mise en place par le pays.

Le fait que la TVA ait été réduite de trois points entre juillet et décembre 2020 pour relancer la consommation après la première vague de la pandémie joue également dans la hausse des prix constatée cette année.

Les prix des biens alimentaires ont quant à eux monté de 4,3% sur un an, particulièrement les légumes (+7,2%) et la viande (+3,2).

Dans le sud de l’Europe, le Portugal a également affiché une progression de l’inflation, bien que plus limitée, à 1,5 % sur un an. En variation mensuelle, cela représente cependant une baisse de 0,3 % par rapport au mois de juin.

La BCE quant à elle estime que cette hausse des prix restera temporaire et ne modifiera pas pour le moment sa politique monétaire.

-> Relire: Prix des matières premières : quel impact pour les consommateurs ?

Sur le même sujet