Bill Gates prêt à investir 1,5 milliard de dollars dans le plan infrastructures de Joe Biden

Depuis longtemps engagé dans la lutte contre le changement climatique, Bill Gates veut soutenir la politique en la matière voulue par Joe Biden.

D'après Bill Gates, si ce plan est approuvé, il permettra non seulement de réduire les émissions de substances néfastes à l'environnement, mais aussi de créer massivement de l'emploi.
D'après Bill Gates, si ce plan est approuvé, il permettra non seulement de réduire les émissions de substances néfastes à l'environnement, mais aussi de créer massivement de l'emploi. ©AFP
La Libre Eco avec Belga

Via son fonds pour le climat, Bill Gates est prêt à investir 1,5 milliard de dollars (près d'1,3 milliard d'euros) dans le vaste projet infrastructures de Joe Biden, visant à réduire les émissions de CO2 à l'échelle nationale, si celui-ci est approuvé par le gouvernement américain. Ce plan d'investissement colossal est actuellement entre les mains du Congrès. Plus tôt cette semaine, il a été approuvé par le Sénat.

Au total, il s'agira d'investir 1 200 milliards de dollars dans l'amélioration des infrastructures américaines. Une bonne partie du budget prévu ira au ministère de l'Energie, en vue de développer des projets visant à lutter contre le changement climatique.

D'après Bill Gates, si ce plan est approuvé, il permettra non seulement de réduire les émissions de substances néfastes à l'environnement, mais aussi de créer massivement de l'emploi.

Des investissements déjà bien ciblés

Parmi les projets, on trouve notamment un investissement de 550 milliards de dollars pour les transports en commun, l'internet à haut débit et l'eau potable. Ce plan prévoit également une amélioration des structures de recharge électrique, et d'autres mesures de lutte contre le réchauffement climatique.

Le fonds climat de Bill Gates investirait 1,5 milliard de dollars sur une période de trois ans, avec pour objectif d'éliminer les émissions de gaz à effet de serre. Cette enveloppe serait principalement utilisée pour développer du carburant vert pour les avions, l'hydrogène, et le stockage de l'énergie sur le long terme.

Le fondateur de Microsoft explique qu'il est "capital" que les coûts des technologies liées au climat soient revus à la baisse, afin de pouvoir les déployer à "un niveau gigantesque". Une évolution qui n'est selon lui possible qu'avec l'appui des bonnes politiques gouvernementales.