Vous avez reçu un mail de la police signé par la présidente d'Europol Catherine De Bolle? Surtout n'y répondez pas!

Les auteurs du message usurpent en réalité l'identité de l'ancienne commissaire-générale de la police fédérale pour tenter de récupérer vos coordonnées bancaires.

Vous avez reçu un mail de la police signé par la présidente d'Europol Catherine De Bolle? Surtout n'y répondez pas!
©BELGA/DR
Y. N.

L'intitulé du mail est intrigant. Son ton interpellant. Des centaines de citoyens belges ont reçu récemment un mail visiblement en provenance des autorités policières, dont l'ancienne commissaire-générale de la police fédérale et actuelle présidente d'Europol, Catherine De Bolle. Avec comme simple communication : COPJ suivi de la date de réception de ce mail. COPJ pour Convocation par Officier de Police Judiciaire. Un mail auquel il ne faut surtout pas répondre.

Dans le corps du mail, une simple phrase renvoyant à une convocation judiciaire aux initiales de la Brigade de protection des mineurs en France. "A la demande de Mme Catherine de BOLLE, commissaire générale de la Police Fédérale, élue au poste de directrice d’EUROPOL ‘’ Brigade de Protection des Mineurs ‘’(B.P.M), nous vous adressons cette convocation [...] Nous engageons à votre encontre, des poursuites judiciaires pour après une saisie informatique de la Cyber-infiltration pour : pédopornographie, pédophilie, exhibitionnisme, cyber pornographie, trafic sexuel."

Des faits délictueux qui sont décrits plus loin: "Vous avez commis les infractions après avoir été ciblé sur internet (site d'annonce), puis pendant des échanges Mails (Messagerie Instantanée) avec plusieurs mineurs, les photos dénudées de vous que vous envoyez aux mineurs ont été enregistrées par notre cyber gendarme et constituent les preuves de vos infractions."

Les auteurs du mail vous invitent alors à y répondre dans les 72 heures. "Passé ce délai, nous nous verrons dans l'obligation de transmettre notre apport à Myriam Quéméner, procurer (SIC) adjoint au tribunal de grande instance de Créteil et spécialiste de cybercriminalité pour établir un mandat d'arrêt à votre encontre."

Vous avez reçu un mail de la police signé par la présidente d'Europol Catherine De Bolle? Surtout n'y répondez pas!
©dr

Tout ceci n'est que pure invention de la part des auteurs du mail qui n'ont en réalité qu'une obsession : que vous leur livriez vos coordonnées et codes bancaires. "Certains e-mails signalent aux destinataires que leur compte PayPal a été bloqué, constate la Computer Crime Unit de la (vraie) police fédérale. Il est proposé de cliquer sur un lien permettant un soi-disant déblocage du compte PayPal. Ce lien amène dans les faits sur un faux site PayPal."

La computer crime unit avait déjà alerté de mails similaires en mars dernier, cette fois envoyés au nom de Catherine De Bolle et de l’actuel commissaire général de la Police Fédérale, Marc De Mesmaeker.

Tout doit nous alerter dans ce genre de mails : des fautes d'orthographe un peu trop fréquentes, le destinataire du mail installée (ici Police - lena1977@sibmail.ru), la réponse qui doit être envoyée à une adresse non officielle (brigade.pedophile@gmail.com), l'absence de date des faits qui nous sont reprochés et, surtout, le fait que ce genre de convocations judiciaires ne sont jamais envoyées par mail.

La Computer Crime Unit de la police fédérale rappelle d'ailleurs les mesures de prudence en cas de réception de tels e-mails :

  • Ne répondez jamais à un mail qui semble étonnant, voire suspect.

  • Un e-mail qui contient des fautes d'orthographe ou de grammaire, ou qui n'est pas rédigé de manière professionnelle, est suspect.

  • Vérifiez la justesse de l'information reçue en contactant l'émetteur du message sans répondre à l'e-mail reçu, en recherchant via votre navigateur le site officiel du soi-disant émetteur et en prenant directement contact avec lui, par téléphone ou en saisissant manuellement l'adresse du site de l'émetteur, de votre banque ou autre dans votre navigateur.

  • Ne communiquez jamais vos données personnelles ou bancaires via téléphone ou mail à la demande d'un tiers.

  • Signalez le mail frauduleux via safeonweb