Taïwan hausse le ton face à la Chine : le pays va durcir sa législation sur l'espionnage économique

Taïwan va durcir sa législation en vue de mieux lutter contre le débauchage par la Chine de ses talents et les vols de propriété intellectuelle dans ses industries technologiques dont elle accuse aussi ce pays, ont annoncé des responsables.

Dans a capitale Taipei, les procureurs ont condamné avec sursis quatre personnes accusées de débaucher des talents pour le compte de firmes chinoises et hongkongaises.
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

Il s'agit de faire de l'espionnage économique un crime passible d'une peine de cinq à douze ans de prison pour protéger "les secrets commerciaux dans les technologies clés" vis-à-vis de la Chine et d'autres "forces extérieures hostiles", a souligné le ministère de la Justice.

Le Conseil des affaires du Continent (MAC), le principal organe compétent à Taïwan en matière de politique chinoise, a souligné qu'il fallait en outre éviter que l'île ne perde ses plus grands talents au profit d'entreprises de Chine continentale.

L'objectif poursuivi est d'"empêcher la fuite de nos talents (présents) dans les hautes technologies et les semi-conducteurs et également de nos technologies, ainsi que (d'empêcher) les investisseurs chinois de d'échapper aux contrôles pour investir illégalement à Taïwan", a dit Chiu Chui-cheng, le porte-parole du MAC, au cours d'une conférence de presse virtuelle.

La Chine, pour sa part, connaît une pénurie aiguë de micropuces de haute technologie.

Plusieurs récentes affaires ont ravivé les inquiétudes de Taïwan concernant la perte de talents et les investissements non autorisés d'entreprises chinoises dans le secteur des technologies.

Le parquet du comté de Hsinchu, dans le nord de Taïwan, a ainsi inculpé lundi cinq personnes pour avoir reçu illégalement près de 19 millions de dollars d'une société chinoise d'électronique afin de créer une société dans un parc scientifique local.

A Taïpeï, la capitale, les procureurs ont condamné avec sursis quatre personnes accusées de débaucher des talents pour le compte de firmes chinoises et hongkongaises.

Les prévenus ont été reconnus coupables d'avoir recruté plus de cent ingénieurs pour la société Bitmain Technologies, dont le siège est à Pékin, en vue de mettre au point des puces utilisées pour le "minage" de crypto-monnaies.