Est-ce le début de la fin pour la City de Londres ?

Autrefois bouillonnant, le célèbre quartier des affaires reprend doucement vie mais porte encore les stigmates de la pandémie.

Est-ce le début de la fin pour la City de Londres ?
© Belga Image
La Libre Eco avec AFP

Quel avenir pour la City de Londres ? Autrefois bouillonnant, le célèbre quartier des affaires reprend doucement vie mais porte encore les stigmates de la pandémie, avec des travailleurs peu pressés de revenir au bureau et des questions sur l'avenir de ce symbole de la puissance financière britannique.

Certes l'activité ralentit traditionnellement en été, mais la City, où plus de 500.000 personnes travaillaient avant la pandémie, fait encore grise mine, et pas seulement en raison d'une météo peu favorable.

Selon les chiffres du cabinet Remit Consulting, le taux d'occupation des bureaux du quartier central de Londres n'était que de 10,30 % de leur capacité lors de la semaine achevée le 20 août."Les chiffres suggèrent qu'il existe encore une réticence chez de nombreuses personnes qui ne veulent pas risquer une exposition au virus sur le lieu de travail ou sur le trajet", explique Lorna Landells, de Remit Consulting.

Pour elle, la rentrée dira "si le retour à l'école signifie également le retour au bureau".

Le "freedom day", le 19 juillet, avec la levée de l'essentiel des dernières restrictions en Angleterre, n'a pas changé grand chose, d'autant que le variant Delta menace.

"Je pense que davantage de gens seront de retour en septembre. Londres est la meilleure ville au monde", veut croire Nigel Wilson, directeur général du géant de la gestion d'actifs Legal & General dans un entretien au Guardian.

Travail "hybride"

Mais pour le président du conseil d'administration de NatWest, l'une des plus grandes banques du pays, la City telle qu'elle existait avant la pandémie appartient au passé. "Nous ne verrons plus 2.500 personnes passer les portes de notre immeuble sur Bishopgate à 8H30 et le quitter à 18H00", expliquait Howard Davies à l'agence Bloomberg en juillet.

Selon lui, nombre de salariés ont découvert qu'ils pouvaient avoir une autre vie, sans perdre du temps dans les transports., Tous les dirigeants ne partagent pas cette vision. Pour le patron de la banque américaine Goldman Sachs, David Solomon, travailler de la maison était une "aberration".

Le ministre des Finances britannique Rishi Sunak encourage un retour au bureau, surtout pour les jeunes estimant que ce sera positif pour leur carrière. Mais certaines banques britanniques comme HSBC ou Barclays font le pari d'un travail hybride sur le long terme, ce qui a l'avantage de réduire leurs besoins d'immobilier de bureaux.

Selon le cabinet de recrutement Michael Page, qui a mené une enquête fin juillet, près de 80 % des travailleurs à Londres prévoient une présence au bureau à partir de septembre, mais seuls 25 % pensent venir cinq jours par semaine. Les autorités de la City préfèrent voir le verre à moitié plein.

Le quartier des affaires "s'anime à nouveau, avec davantage de monde dans les rues et des bureaux qui reviennent à la vie", estime Catherine McGuinness, cheffe politique de la City.

Réinvention

Elle reconnaît dans une déclaration transmise à l'AFP que "les entreprises nous ont dit qu'elles ne s'attendent pas à un retour aux mêmes habitudes de travail".

Le marché de l'immobilier de bureau frémit, avec une hausse des locations et des investissements, selon le cabinet Knight Frank. Et les cours de Bourse des grands promoteurs de Londres ont repris du poil de la bête.

En attendant un hypothétique retour de masse, les commerces et restaurants sont loin du retour à la normale.

L'indice Pret de l'agence Bloomberg, du nom de l'enseigne de restauration rapide Prêt A Manger, montre que les ventes dans les cafés dans la City et Canary Wharf, l'autre quartier des affaires à l'est de Londres, n'atteignaient que 54 % de leur niveau d'avant pandémie au 19 août.

Conscient des profonds changements, la City a lancé un plan d'action en avril avec l'objectif de maintenir en vie ce quartier, qui a peu d'habitants, en transformant des bureaux laissés vacants en logements.

"La City s'est réinventée à de nombreuses reprises dans son histoire, mais la proximité et l'interaction compte pour la finance", rappelle à l'AFP Jonathan Portes, professeur d'économie au King's College de Londres."Si les modes de travail vont certainement changer, et potentiellement l'atmosphère de la City, je pense que Londres va rester un centre financier mondial important", dit-il.

Sur le même sujet