Les élèves américains retournent enfin à l'école, mais sans les fameux "school bus"

En cause, une pénurie de chauffeurs.

Les élèves américains retournent enfin à l'école, mais sans les fameux "school bus"
©Belga Image
La Libre Eco avec AFP

Les élèves reprennent le chemin de l'école aux Etats-Unis, après une année largement passée derrière leur ordinateur, mais ils leur faudra souvent se débrouiller sans les fameux "school bus" jaunes car beaucoup resteront au garage, faute de conducteurs.

La région de Minneapolis, dans le Minnesota, a ainsi averti les familles : "Un service irrégulier de bus scolaires est prévu cet automne en raison d'une pénurie de chauffeurs (...) dans tout le pays."

Les parents sont donc mis à contribution et encouragés à assurer eux-mêmes le transport de leur progéniture. Une école privée de Wilmington, le fief de Joe Biden dans l'Etat du Delaware, propose même 700 dollars pour l'année aux parents qui accepteront de faire le taxi.

Le "back to school" day, la rentrée des classes, n'est pas le même partout: certains élèves ont repris l'école dès la fin du mois de juillet, comme dans le district scolaire de Chandler, en Arizona, quand d'autres n'y retourneront qu'en septembre.

Mais avec les problèmes de transport, les vacances sont parfois un peu rallongées. Ainsi, les écoles publiques de Pittsburgh, dans l'Ohio, ont décidé de repousser de deux semaines le retour à l'école, pour se donner le temps de trouver des solutions -- il leur manque encore 5.000 places dans les cars scolaires.

Démission à cause du masque

Les conducteurs manquaient déjà depuis plusieurs années mais le Covid-19 a accéléré le mouvement.

"Nous avons beaucoup de chauffeurs qui font ce travail en complément de leur retraite" et qui, particulièrement vulnérables face au Covid, sont donc inquiets, a expliqué à l'AFP Greg Jackson, responsable des transports du district scolaire de Jeffco, dans le Colorado.

Il y a aussi ceux qui "ont pris la décision de ne pas revenir parce qu'ils étaient contre (...) (l'obligation) de porter un masque", relate-t-il.

Face à ces difficultés, les responsables se triturent les méninges partout dans le pays pour acheminer à bon port des élèves impatients de retrouver camarades et professeurs, après 18 mois d'école principalement virtuelle.

Des employés de bureau sont réquisitionnés pour conduire, les trajets de bus sont rallongés, les arrêts regroupés... Les listes d'attente sont parfois longues pour faire partie des chanceux qui vont à l'école en bus jaune.

Et pour attirer les candidats, le recrutement prend des airs de vente aux enchères, avec des salaires relevés ou des primes à l'embauche atteignant parfois 4.000 dollars.

"Pas un canular"

Les effectifs ont été réduits d'un quart depuis le début de la pandémie, avec en juin 158.000 conducteurs de "school bus", selon les données officielles du bureau des statistiques (BLS).

Les sites de recrutement cumulent 5.000 offres pour des postes de chauffeurs scolaires, presque le double d'avant la crise, et un record, a précisé à l'AFP Julia Pollak, économiste pour le site ZipRecruiter.com.

"Le salaire moyen d'un chauffeur d'autobus scolaire est d'environ (...) 16 dollars de l'heure. C'est précisément dans cette tranche de rémunération que les employeurs signalent les plus grandes difficultés à pourvoir les postes vacants", détaille Julia Pollak.

Car les bus scolaires ne sont pas les seuls à manquer de personnel: beaucoup d'employeurs peinent, depuis la crise, à trouver des candidats pour les postes les moins bien payés.

Et, une fois les volontaires trouvés, le casse-tête est loin d'être résolu, explique Greg Jackson. Après plusieurs semaines de formation, il faut espérer que les recrues n'utilisent pas cette qualification pour aller rejoindre le secteur privé, plus rémunérateur: "C'est arrivé souvent."

"J'espère que les parents comprennent que ce n'est pas un canular", commente-t-il. "Les équipes font tout ce qu'elles peuvent mais ça ne sera pas le même service qu'avant".

Sur le même sujet