71 % du niveau de 2019 : un mois d'août au-delà des attentes pour le traffic aérien européen

Le nombre de passagers aériens en Europe a atteint en août 71% du niveau de 2019, au-delà des prévisions les plus optimistes, a annoncé mercredi l'organisme de surveillance du trafic Eurocontrol.

71 % du niveau de 2019 : un mois d'août au-delà des attentes pour le traffic aérien européen
© BELGA
La Libre Eco avec AFP

Il s'agit "d'un bon résultat, espérons qu'il va continuer à s'améliorer!", a déclaré sur Twitter le directeur général d'Eurocontrol, Eamonn Brennan.

En juillet, le trafic passagers dans la zone couverte par Eurocontrol s'était établi à 65 % des volumes de 2019, dernière année avant la pandémie de Covid-19 qui a assommé le transport aérien depuis mars 2020.

Quid après la fin des vacances ?

L'été 2021 marque donc une nette amélioration par rapport à 2020, quand le trafic n'avait pas dépassé 45 % de 2019 en moyenne.

Et les 71 % constatés en août sont supérieurs au scénario le plus rose défini par Eurocontrol, à 69 % de 2019. Ce dernier prévoit une montée graduelle jusqu'à 79 % en décembre.

Des professionnels soulignent néanmoins que l'incertitude règne sur l'appétence pour les voyages aériens après l'été.

Mardi, le PDG du gestionnaire des aéroports de Paris, Augustin de Romanet, a évoqué une "visibilité sur l'hiver et sur l'automne (...) pas très grande", à la merci de nouvelles restrictions de déplacement.

Le même jour, le patron de la low-cost Ryanair, Michael O'Leary, a dit s'attendre à "un hiver difficile" pour sa compagnie après une saison estivale marquée par un retour aux bénéfices.

Si les déplacements intra-européens ont repris, à la faveur des campagnes de vaccination et des pass sanitaires, le trafic long-courrier reste encore très faible, victime des fermetures de frontières.

Le long-courier toujours au ralenti

Ce constat est partagé au niveau mondial par l'Association internationale du transport aérien (Iata), qui a dévoilé, également mercredi, ses statistiques pour juillet reflétant une amélioration due aux déplacements estivaux.

En passagers-kilomètres payants (RPK), les liaisons intérieures accusent une baisse du trafic de seulement 15,6 % par rapport à juillet 2019 contre 22,7 % en juin, mais la chute atteint encore 73,6 % pour les vols internationaux (80,9 % en juin).

Au total, le trafic aérien mondial s'est replié de 53,9% en juillet par rapport au même mois d'il y a deux ans. En juin, ce recul était de 60,1 %.

"Les statistiques de juillet traduisent le souhait de voyager pendant l'été de l'hémisphère nord. Le trafic intérieur est revenu à 85 % du niveau d'avant-crise, mais l'international n'a retrouvé qu'un quart de ses volumes de 2019", a développé le directeur général de l'Iata, Willie Walsh, cité dans un communiqué.

Pour une reprise du secteur aérien et touristique, "les gouvernements doivent rétablir la liberté de voyager. Au minimum, il faudrait que les voyageurs vaccinés ne subissent pas de restrictions", a ajouté M. Walsh, dont l'organisation fédère 290 compagnies aériennes représentant 82 % du trafic mondial.

Le secteur a été très durement touché par les restrictions de déplacement prises par les Etats face à la pandémie: 126 milliards de dollars de pertes cumulées pour les compagnies en 2020, et encore 47,7 milliards prévus cette année par l'Iata, qui ne table pas sur un retour au trafic mondial de 2019 avant 2023.