Maritime : le prix du transport de marchandises a augmenté de plus de 500 %

Tous les pans de l’industrie maritime semblent en profiter, que ce soit le transport de vrac ou le transport de camions et de voitures.

Maritime : le prix du transport de marchandises a augmenté de plus de 500 %
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le secteur maritime réalise ses plus belles rentrées financières depuis 2008 en raison d’une hausse de la demande de marchandises et d’une chaîne d’approvisionnement encore fragile dans un contexte de crise sanitaire, ce qui fait exploser les prix du fret.

Tous les pans de l’industrie maritime semblent en profiter, que ce soit le transport de vrac ou le transport de camions et de voitures. La flotte marchande prend en charge quelque 80 % des expéditions du commerce international. Les hausses de prix touchent donc l’ensemble de l’économie.

Une cause double

La cause de cette hausse est double. La reprise de l’économie est amorcée, ce qui entraîne une hausse de la demande de biens et de matières premières. Mais le virus continue dans le même temps à perturber la chaîne d’approvisionnement mondiale, notamment par la fermeture des terminaux, occasionnant des embouteillages dans les ports. Un volume réduit de marchandises peut alors être transporté en mer et le prix pour un tel transport augmente.

Selon Clarkson Research Services, filiale du plus gros fournisseur de services maritimes, le secteur réalise ses meilleures rentrées quotidiennes depuis 2008. Seuls les marchés du pétrole et du gaz, où l’on observe une surcapacité, sont un peu à la traîne.

Gel provisoire des tarifs de fret

Actuellement, il faut compter plus de 12 000 euros pour faire venir un conteneur de Chine en Europe par bateau. Le prix du transport de marchandises diverses a augmenté de plus de 500 % en un an. L’une des plus grosses compagnies au monde, la française CMA CGM, a même annoncé un gel provisoire des tarifs de fret afin de préserver les relations à long terme avec sa clientèle.

Répercussion sur le prix des produits en vente

Cete augmentation des prix du transport se répercute sur celui des produits en vente dans les magasins quand ils ne sont pas carrément en pénurie. On observe ainsi des tensions sur certaines matières premières, des secteurs comme l’automobile ou le bâtiment apparaissant particulièrement pénalisés. En bout de chaîne, le consommateur risque également d’être affecté si les industriels commencent à répercuter sur les prix leurs difficultés.

Sur le même sujet