Afghanistan, vaccins, défense, changement climatique... Voici les principales annonces d'Ursula von der Leyen dans son discours sur l'état de l'Union

La présidente de la Commission européenne a levé le voile sur les grands rendez-vous et chantiers qui attendent les membres de l'Union européenne pour les mois à venir.

La Libre Eco avec AFP

Défense européenne, autonomie industrielle, partage des vaccins, lutte contre les violences faites aux femmes : voici les principales annonces du discours annuel sur l'état de l'Union prononcé mercredi par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devant le Parlement à Strasbourg.

Indépendance militaire et technologique européenne

Un sommet sur la défense sera organisé par la présidence française de l'Union européenne au premier semestre de 2022, alors que le retrait d'Afghanistan a relancé la réflexion sur l'autonomie des Européens.

L'Union européenne va d'ailleurs fournir 100 millions d'euros supplémentaires d'aide aux organisations humanitaires présentes en Afghanistan pour éviter "une famine et un désastre humanitaire majeurs" dans ce pays aux mains des talibans depuis la mi-août. L'UE avait déjà annoncé en août le quadruplement de son aide humanitaire à l'Afghanistan et aux pays voisins, à 200 millions en 2021.

La crise afghane pourrait également causer des turbulences au niveau de la migration. Six ans après l'afflux de réfugiés en provenance de Syrie qui avait pris l'UE de court, Ursula von der Leyen a pressé les Etats membres d'adopter la réforme de la politique d'asile proposée en 2020 par la Commission, qui bute sur de profondes divisions entre les 27. "Je vous invite instamment, dans cette Assemblée et dans les États membres, à accélérer le processus", a-t-elle dit.

Dans le domaine de la technologie, en réaction à la pénurie mondiale de puces électroniques, Bruxelles va proposer une loi européenne sur les semi-conducteurs pour défendre la souveraineté technologique de l'UE, actuellement dépendante de l'Asie en la matière, et alors que des pénuries paralysent plusieurs secteurs d'activité. D'ici à 2030, l'UE ambitionne de produire 20 % des semi-conducteurs dans le monde, soit un doublement de sa part actuelle.

L'UE va augmenter ses dons de vaccins

Soulignant qu'à l'échelle planétaire, "moins de 1 % des doses (de vaccins) administrées l'ont été dans les pays à faibles revenus", Ursula von der Leyen a annoncé que l'UE allait quasiment doubler ses dons de vaccins à ces pays, à 450 millions de doses d'ici à la mi-2022.

Toujours dans le domaine de la santé, une nouvelle autorité, baptisée HERA, installée au sein même de la Commission, sera chargée de préparer l'UE aux prochaines crises sanitaires et d'investir dans des technologies médicales prometteuses.

Lutter contre les injustices et les inégalités à tous les niveaux

Bruxelles proposera un projet de loi ciblant les profits dissimulés derrière des sociétés écrans afin que les entreprises paient "un juste montant d'impôts".

Dans le même ordre d'idée, la Commission va proposer l'interdiction de la vente dans l'UE de produits issus du travail forcé, ce qui pourrait concerner la production chinoise impliquant la minorité musulmane ouïghoure.

Toujours dans l'optique de favoriser l'égalité, elle va aussi proposer "avant la fin de l'année" une loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes. "Il s'agit de prévoir des sanctions efficaces, de prévenir et de protéger", a déclaré Mme von der Leyen.

Les cas crispants de la Pologne et de la Hongrie

Dans la lutte contre le changement climatique, l'UE va augmenter de quatre milliards d'euros jusqu'en 2027 sa contribution au financement de "l'action climatique" des pays les plus vulnérables et attend "un effort supplémentaire" des Etats-Unis et des "autres partenaires". L'UE s'était déjà engagée à financer 25 milliards de dollars annuels sur les 100 milliards par an promis par la communauté internationale jusqu'en 2025.

Au niveau politique, l'Allemande a souligné sa "détermination" à défendre les valeurs européennes tout en évitant de stigmatiser la Hongrie et la Pologne. Bruxelles est engagé dans un bras de fer avec ces deux pays sur le respect des décisions de la justice européenne, l'indépendance des juges et la lutte contre la corruption."Quelques États membres ont connu une évolution préoccupante" mais "le dialogue n'est jamais clos", a-t-elle dit.

Au rayon des nouveautés, l'Union européenne va lancer un "Erasmus professionnel", baptisé ALMA, sur le modèle d'Erasmus, pour offrir aux jeunes sans emploi ou sans formation "la possibilité d'une expérience professionnelle temporaire dans un autre État membre" que le leur.