KBC, ING, Solvay... Plusieurs institutions belges pointées du doigt pour leurs liens avec des colonies israéliennes

Plus de 218 milliards d'euros ont été engagés dans des transactions entre institutions financières européennes et entreprises liées aux colonies israéliennes.

Belga
KBC, ING, Solvay... Plusieurs institutions belges pointées du doigt pour leurs liens avec des colonies israéliennes
©Shutterstock

Un rapport rédigé par une vingtaine d'organisations révèle ce mercredi l'implication de plus de 670 institutions financières européennes, dont plusieurs belges ou actives en Belgique (BNP Paribas, KBC, ING, Argenta et Solvay) ces trois dernières années dans des transactions avec des entreprises liées aux colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens. Au regard du droit international, ces colonies sont illégales. Le rapport, préfacé par le rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme dans les Territoires palestiniens Michael Lynk, révèle que 218 milliards d'euros ont été engagés dans des transactions entre ces institutions financières (banques, assureurs, fonds de pension) et ces entreprises liées aux colonies israéliennes.

Plus précisément, entre 2018 et mai 2021, 114 milliards de dollars ont été fournis sous forme de prêts et de souscriptions par des institutions bancaires européennes - en tête desquelles BNP Paribas (17,30 milliards de dollars), Deutsche Bank (12,03 milliards) et HSBC (8,72 milliards) - à des sociétés impliquées dans les colonies. Parmi ces dernières, on retrouve les entreprises Airbnb, Alstom, Caterpillar ou Siemens, tout comme les grandes banques israéliennes Hapoalim et Leumi et le géant israélien de l'alimentation Rami Levi.

D'autres institutions, comme le Government Pension Fund Global (Norvège) ou le groupe français BPCE ont investi dans des entreprises au titre de participations et d'obligations, à hauteur de 141 milliards de dollars, soutient le rapport qui appelle à "cesser" ces opérations.

Plus de 600.000 Israéliens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est dans des colonies considérées comme illégales par le droit international, tandis qu'un peu plus de trois millions de Palestiniens habitent dans ces territoires occupés par Israël depuis 1967.

"Malgré la précision de la loi sur l'illégalité des colonies et les informations solides sur leur impact négatif sur les droits humains, les colonies israéliennes continuent d'attirer des sociétés internationales", a regretté Michael Lynk. Ces institutions financières fournissent aux colonies "l'oxygène économique indispensable à leur croissance" et participent à une forme de "légitimation politique" des implantations, a-t-il estimé.

En 2020, l'ONU avait publié une liste de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies, dont Airbnb et Tripadvisor. Quelques mois plus tard, en juillet 2021, le fabricant américain de glaces Ben&Jerry's a annoncé l'arrêt de la commercialisation de ses produits dans les colonies, suscitant de vives critiques de dirigeants israéliens.