Un préavis de grève déposé pour le secteur pétrolier en Belgique : "Un positionnement inacceptable de la Fédération pétrolière belge"

Les syndicats dénoncent notamment le refus d'augmenter les salaires alors que le secteur est resté pleinement opérationnel durant la crise du Covid-19.

Une usine de raffinage pétrochimique.
Une usine de raffinage pétrochimique. ©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Après le secteur de la chimie, c'est dans le secteur du pétrole que les négociations sectorielles patinent. A tel point que les syndicats ont déposé un préavis de grève et menacent de mener des actions à partir du 10 novembre. D'ici là, des assemblées du personnel pourraient être organisées dans certaines entreprises dès ce jeudi et entraîner des arrêts de travail. "Les militants du front commun syndical ont jugé inacceptables les réponses des employeurs à leurs demandes en matière de pouvoir d'achat et de conditions de travail. Leur refus d'augmenter les salaires à partir du 1er janvier 2021 (du jamais vu dans le secteur) est un point de rupture. De même, la réponse patronale sur la surveillance médicale est totalement insuffisante", expliquent la FGTB Pétrole, la CSC/CNE et la CGSLB dans un communiqué commun.

S'agissant du bien-être au travail, les syndicats soutiennent que "beaucoup de collègues sont confrontés à du travail en équipes et de nuit et que pour d'autres, le stress et la pression au travail sont des réalités quotidiennes. La pénibilité est une réalité dans ce secteur". A l'instar de ce qui se passe dans la chimie, des travailleurs sont aussi préoccupés par leur santé. "Pourquoi arrêter la surveillance médicale après la carrière alors que des collègues sont exposés et que des maladies se déclarent tardivement?", interroge-t-on.

Les organisations syndicales dénoncent "un positionnement inacceptable de la Fédération pétrolière belge" face à leurs revendications, rappellent que le secteur est "resté pleinement actif durant les périodes de confinement" et soulignent que "les bénéfices et les dividendes sont légion".