Boucle du Hainaut : le groupe de recherches de l’UMons apporte ses précisions sur l’étude réalisée

Le PSMR précise que son étude ne se substitue pas à celle commandée par le ministre Borsus.

Boucle du Hainaut : le groupe de recherches de l’UMons apporte ses précisions sur l’étude réalisée
©Belga Image
La Libre Eco

À la suite de la communication réalisée par Revolht dans le cadre du projet de la Boucle du Hainaut ce lundi, le groupe de recherches Power Systems & Markets (PSMR) de l’Université de Mons confirme bien avoir été sollicité par l’Asbl afin d’étudier la faisabilité d’un raccordement en HVDC de la production offshore venant de la Mer du Nord. Objectif : transporter cette production à différents endroits du pays.

Le PSMR précise que cette étude ne se substitue pas à celle commandée par le ministre Borsus, qui doit répondre à la question du besoin et de la technologie du projet. A noter que l'évaluation de faisabilité technique par le groupe de recherches s’est faite sur base d’informations publiquement accessibles et de données fournies par Revolht.

Solution techniquement ambitieuse

Ainsi, il en résulte un rapport, qui, d'après le PSMR, indique que "les premières conclusions relatives à la possibilité de réaliser une liaison en courant continu sont fortement conditionnées". La solution en courant continu HVDC réseau maillé est en effet techniquement très ambitieuse.

Parmi les conditions émises par le PSMR, on citera par exemple : "s’assurer de la possibilité d’évacuer l’énergie transitée d'ouest en est par les réseaux régionaux (congestions, stabilité etc.)" ; "s’assurer de la possibilité d’échanger la pleine capacité avec la France (via Avelgem)" ; "vérifier l’impact de nouvelles liaisons HVDC sur la congestion des lignes existantes" ou encore "vérifier l’impact de cette liaison HVDC sur la stabilité d’ensemble du réseau électrique belge".

Lors de la communication réalisée par Revolht toutefois, le groupe de recherches note que "ces conditions indispensables n'avaient pas été évoquées". Ainsi, le PSMR de l'UMons ne souhaite pas être associé à une validation sans conditions, telle qu'affirmée par Revolht.

Sur le même sujet