Quelle conséquence aura la sortie du nucléaire sur les prix de l'électricité

L'impact de la non-prolongation de Doel 4 et Tihange 3 a été évalué par l'Université de Gand : entre 4,2 et 12,6 euros (HTVA) par an pour une consommation moyenne d'électricité. A cela, il faut ajouter le coût des subsides qui seront octroyés aux centrales au gaz.

Quelle conséquence aura la sortie du nucléaire sur les prix de l'électricité
©Belga

Nos confrères du "Soir" et du "Standaard" ont eu accès à l'étude commandée à l'Université de Gand dont le but est d'estimer l'impact de la sortie du nucléaire sur les prix de l'électricité. En réalité, il s'agit plutôt d'évaluer les répercussions de la non-prolongation de deux réacteurs. En effet, la Vivaldi pourrait décider in extremis de prolonger de dix ans la durée de vie de Doel 4 et Tihange 3. L'étude évalue donc quelles pourraient être les répercussions d'une non-prolongation de ces deux unités.

Sans surprise, l'Université de Gand arrive à la conclusion que prolonger deux réacteurs nucléaires aurait un impact limité sur les prix de gros de l'électricité. En fonction du scénario retenu, l'étude arrive à un gain compris entre 1,2 et 3,6 euros par MWh en cas de maintien en activité de 2 GW de puissance nucléaire. Pour un ménage ayant une consommation annuelle moyenne de 3,5 MWh, se passer de ces 2 GW représente donc un surcoût compris entre 4,2 et 12,6 euros (HTVA). Rappelons également qu'Electrabel a affirmé qu'il était de toute façon trop tard pour prolonger deux réacteurs.

Par ailleurs, un autre rapport est attendu ce week-end. Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, doit publier les résultats des enchères du CRM, le mécanisme de rémunération de la capacité. Ce rapport doit déterminer s'il y a suffisamment de projets de centrales au gaz pour sortir du nucléaire en 2025. Il devra également déterminer le coût d'une partie des subsides qui seront attribués dans le cadre du CRM.

Sur le même sujet