Le front commun dépose un préavis de grève pour la police locale

Un préavis qui couvre une période particulièrement remplie pour la police.L'information vient de tomber.

Le front commun dépose un préavis de grève pour la police locale
©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le front commun syndical a décidé d'introduire un préavis de grève pour la police locale, a appris Belga lundi. Ce préavis couvrira toutes les actions des zones de police locale du 1er décembre 2021 au 31 janvier 2022. Ce préavis pourra être retiré en cas d'avancée jugée suffisante par les syndicats lors de la prochaine négociation avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V). La date du 17 novembre est évoquée, mais doit encore être confirmée, a indiqué Vincent Gilles, président du SLFP Police.

D'ici à cette future négociation, les syndicats refuseront de participer à d'autres réunions ou groupes de travail, a-t-il poursuivi.

Le front commun - composé de la CGSP, la CSC, le SLFP et le SNPS - planche par ailleurs sur un calendrier complet d'actions pour les deux mois à venir.

A partir de lundi prochain, une action sera prévue chaque jour, a déclaré dans l'après-midi Joery Dehaes, secrétaire syndical ACV Politie (CSC). Il s'agit d'actions de zèle, comme ce fut déjà le cas fin octobre aux aéroports de Zaventem et de Charleroi, ainsi que de contrôles de la circulation plus poussés. M. Dehaes n'exclut pas non plus des manifestations ou l'occupation de routes et de carrefours.

Les revendications des syndicats portent sur une revalorisation salariale, les aménagements de fin de carrière et le rejet de coupes budgétaires, selon Eddy Quaino, permanent CGSP-Admi.

Dans un communiqué transmis à la mi-journée, le front commun détaille ses motivations. Le préavis déposé fait suite à l'échec des discussions autour de la revalorisation des salaires des policiers, entamées au début de l'année avec Annelies Verlinden.

Le Soir et Sudinfo expliquent dans leurs éditions de lundi que, après un conclave budgétaire qui laisse peu de marge de manoeuvre, les pouvoirs locaux n'ont pas accepté de mettre la main au portefeuille pour financer la hausse des salaires des policiers.

Les organisations syndicales protestent aussi contre la suppression de la Napap, le régime d'aménagement de fin de carrière propre aux policiers, après 2022.

Elles dénoncent par ailleurs les coupes budgétaires imposées à la police fédérale qui "vont avoir des conséquences graves et des répercussions sur le personnel ainsi que sur les investissements à réaliser dans les prochaines années pour les divers services".

Le préavis couvrant les membres de la police locale s'ajoute à un autre préavis de grève qui protège, lui, les actions de la police fédérale jusqu'au 1er décembre prochain. Une demande a également été introduite pour prolonger ce dernier jusqu'au 31 janvier.

Sur le même sujet