La ministre Zuhal Demir refuse le permis pour la nouvelle centrale au gaz de Vilvorde

Une décision qui complique le projet belge de sortie du nucléaire.

La ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA).
La ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA). ©BELGA
La Libre Eco avec belga

Coup de tonnerre dans le dossier de la sortie du nucléaire. Alors qu'à l'issue des enchères du CRM, Engie avait reçu le feu vert du gouvernement fédéral pour la construction d'une nouvelle centrale au gaz à Vilvorde, le cabinet de la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) vient d'annoncer qu'elle n'accordait pas le permis pour la construction du nouveau site. La première enchère dans le cadre du Mécanisme de rémunération de capacité (CRM), censé garantir la sécurité d'approvisionnement électrique dans le cadre de la sortie du nucléaire, avait retenu ce projet de 796,25 MW ainsi que celui des Awirs, en province de Liège (805,35 MW). Ces deux nouvelles unités doivent représenter 36% des capacités prévues par le gestionnaire du réseau Elia pour assurer la transition entre le nucléaire et le renouvelable, 56% étant assurées par des installations existantes, 1% par des batteries et 7% par la gestion de la demande.

Dans un communiqué, le cabinet de la ministre Demir précise que le permis avait été une première fois refusé par les pouvoirs publics provinciaux du Brabant flamand (CD&V, Open VLD, N-VA) durant l'été. Engie Electrabel avait alors fait appel de cette décision, le dossier retombant sur le bureau de la ministre flamande. Cette dernière explique qu'après un nouveau tour de table, elle a pris la décision de ne pas accorder le précieux sésame. "Comme pour le dossier de Tessenderlo, la demande introduite pour Vilvorde ne respecte pas les instructions de la ministre Demir en matière d'azote. Si je devais approuver le dossier, je mettrais en danger la sécurité juridique de nombreuses entreprises et agriculteurs. On ne peut donc pas exiger cela d'une ministre.", précise-t-elle encore dans le communiqué.

En ce qui concerne le renouvellement du permis pour la centrale au gaz de Wondelgem, ainsi que son extension poussant sa capacité de 390 MW à 624 MW, le permis a bel et bien été accordé à Luminus. Cette autorisation est accordée à condition que l'installation soit neutre en énergie d'ici 2040. Cette centrale électrique générerait 390 MW. Le projet de Wondelgem n'avait pas été retenu dans le cadre des enchères CRM lancées par le fédéral.

Dans les deux cas, Zuhal Demir a confirmé en appel les décisions antérieures des députations provinciales compétentes.

Précédemment, les permis des projets de centrales à Tessenderlo et Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg, avaient aussi été rejetés.

En Wallonie, le projet d'Engie aux Awirs a été retenu dans le cadre des enchères CRM. Deux autres projets étaient en lice, à Seraing et Manage, avaient obtenu leur permis.

L'éventuelle prolongation de deux réacteurs nucléaires (Doel 4 et Tihange 3), qui fait l'objet d'un âpre débat politique entre les écologistes et le MR, devra être tranchée par le gouvernement fédéral d'ici la fin du mois sur la base du rapport que fournira la ministre de l'Énergie Tinne Van der Sraeten (Groen).

Sur le même sujet