Une entreprise belge sur trois externalise son traitement des salaires, un record européen

L'évolution rapide de l'environnement commercial et la complexité de la législation sont à l'origine de cette tendance.

Une entreprise belge sur trois externalise son traitement des salaires, un record européen
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

La Belgique est en première position en Europe dans la sous-traitance de la gestion des salaires. Une tendance qui touche les entreprises européennes, de plus en plus disposées à externaliser le payroll, selon une enquête du prestataire de services RH SD Worx, dont les résultats sont publiés mardi. Près d'une entreprise belge sur trois (31,1 %) externalise la plupart ou la totalité de son traitement des salaires. L'année dernière, ce chiffre atteignait un quart des entreprises (26,1 %). La paie occupe également la deuxième place du top cinq des domaines RH traités par une partie externe, derrière les projets liés aux réglementations sociales et juridiques.

L'évolution rapide de l'environnement commercial et la complexité de la législation sont à l'origine de cette tendance, selon SD Worx, qui constate "la même évolution dans d'autres entreprises européennes: pas moins de six d'entre elles sur dix ont opté, ou envisagent, un contrat avec un partenaire d'externalisation qui exécute la gestion des salaires".

La crise du coronavirus et les mesures de soutien ont encore accru la pression exercée sur les employeurs pour qu'ils se mettent au diapason de la nouvelle législation, ajoute l'organisation.

Dans les autres pays européens, les chiffres montrent une hausse particulièrement forte en Italie et en Suisse. Alors que seulement 17 % des entreprises italiennes et 6 % des suisses comptaient externaliser leur paie en 2020, ce chiffre est passé à 26 % et 20 % respectivement. L'Irlande est le seul pays de l'enquête où l'externalisation étendue des salaires a diminué.

Le salaire est également passé de la huitième à la troisième place sur la liste des domaines RH les plus propices à l'externalisation. "Une explication possible est que, en raison de la complexité de la législation et de la nécessité d'assurer la continuité des activités, les responsables RH préfèrent confier cette tâche à un partenaire fiable", explique Dominique Tassent, de SD Worx Belgique. "Après la pandémie, la plupart des équipes RH feraient mieux d'investir leur temps dans le recrutement de talents ou dans la formation et le développement, plutôt que dans le traitement répétitif et intensif des salaires."

Sur le même sujet