L'Agence internationale de l'énergie prévoit la fin de la hausse des prix du pétrole

Grâce à l'augmentation de la production aux États-Unis.

L'Agence internationale de l'énergie prévoit la fin de la hausse des prix du pétrole
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit que les prix du pétrole pourraient bientôt commencer à baisser, grâce à l'augmentation de la production de pétrole aux États-Unis. Toutefois, la production américaine ne retrouvera pas les niveaux d'avant crise avant la fin de 2022. Ces dernières semaines, les prix du pétrole brut sur les marchés internationaux ont atteint plus de 80 dollars le baril, soit le niveau le plus élevé depuis sept ans. La demande est supérieure à l'offre. Certains analystes s'attendent à ce que le prix augmente encore, voire à 100 dollars ou plus par baril, mais l'AIE ne partage pas cet avis.

"Le marché mondial du pétrole reste tendu malgré toutes les mesures, mais une fin de la hausse des prix se profile à l'horizon", indique le rapport mensuel tant attendu de l'Agence de l'énergie. "Ce n'est pas parce que la demande diminue, comme on l'espérait au sommet sur le climat de Glasgow, mais grâce à l'augmentation des stocks de pétrole."

La demande de pétrole reste élevée, en partie en raison du retour des transports et des voyages après le creux de la vague. Mais l'AIE s'attend à ce que cette reprise s'essouffle quelque peu en raison de la résurgence du coronavirus en Europe.

L'institution maintient ses prévisions de demande inchangées, à 5,5 millions de barils par jour cette année et 3,4 millions de barils par jour en 2022. Mais du côté de l'offre, l'AIE table désormais sur une augmentation de 1,5 million de barils par jour au cours des derniers mois de cette année. Les États-Unis représenteraient à eux seuls une production supplémentaire de 400 000 barils par jour. Mais l'Arabie saoudite et la Russie pomperaient également davantage de pétrole, comme le prévoient les objectifs du cartel pétrolier OPEP+.

Sur le même sujet