Le chômage temporaire sous la barre des 1% pour la première fois depuis le début de la pandémie

Permis pour soutenir les entreprises face à la pandémie de Covid-19, le chômage temporaire est à 0,75 %. La situation varie toutefois selon les secteurs : l'aviation, la culture et l'horeca y ont davantage recours.

En un mois, l'utilisation du chômage corona par les bars et cafés est passée pour la première fois sous la barre des 10 % à Bruxelles.
En un mois, l'utilisation du chômage corona par les bars et cafés est passée pour la première fois sous la barre des 10 % à Bruxelles. ©Belga
La Libre Eco avec Belga

Avec moins d'un jour sur cent perdu en chômage temporaire, celui-ci n'avait plus été aussi bas depuis le début de la pandémie, indique vendredi SD Worx, prestataire de service RH. Chaque mois, l'entreprise analyse les données salariales de 70 000 employeurs et près d'un million de salariés du secteur privé en Belgique, pour son Employment Tracker.

La situation varie toutefois selon les secteurs. L'horeca est ainsi celui qui utilise le plus cette mesure de soutien du gouvernement fédéral, avec 6,25 % des jours prestés comptés comme du chômage corona. Les compagnies aériennes (5,17 %) et le secteur du spectacle (3,7 %) suivent. À Bruxelles, le secteur hôtelier l'utilise encore fortement, avec 35 % des jours prestés comptés comme du chômage temporaire.

En revanche, toujours à Bruxelles, l'utilisation du chômage temporaire par les bars et cafés a chuté en un mois. En effet, l'utilisation du chômage corona est passée pour la première fois sous la barre des 10 % dans la capitale pour les bars et cafés, alors que 41,03 % des jours étaient prestés sous ce régime en septembre. La proportion était déjà atteinte dans le reste du pays.

L'introduction du Covid Safe Ticket le 15 octobre ne semble donc pas avoir eu d'incidence sur l'emploi de ces établissements.

Les hôtels bruxellois, par contre, souffrent toujours de la pandémie et notamment des restrictions de voyage avec l'Asie, analyse SD Worx. Plus d'un tiers des jours prestés sont encore comptés comme du chômage temporaire.

Sur le même sujet