Initiative inédite des États-Unis pour faire baisser le prix du pétrole

En utilisant leurs réserves stratégiques de pétrole et donc, en augmentant l'offre, les Etats-Unis et d'autres Etats espèrent faire mécaniquement baisser les cours.

La première puissance économique mondiale va, pour sa part, mettre sur le marché 50 millions de barils de pétrole, selon un communiqué.
La première puissance économique mondiale va mettre sur le marché 50 millions de barils de pétrole, selon un communiqué. ©BELGA
La Libre Eco avec AFP

Les Etats-Unis et d'autres pays consommateurs d'or noir, dans une initiative coordonnée présentée comme inédite par les Américains, vont utiliser leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les cours de l'or noir, a annoncé mardi la Maison Blanche.

La première puissance économique mondiale va, pour sa part, mettre sur le marché 50 millions de barils de pétrole, selon un communiqué.

En augmentant l'offre, les Etats-Unis et les autres Etats espèrent faire mécaniquement baisser les cours.

Cette opération se fait en parallèle avec d'autres Etats gros consommateurs d'or noir, en particulier la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud ou encore le Royaume-Uni, selon la Maison Blanche. Un haut responsable de l'administration américaine a assuré qu'une telle coordination était une première.

La flambée des prix à la pompe aux Etats-Unis, très gros consommateurs d'essence, pose un problème politique majeur au président Joe Biden. Ses tentatives de faire pression sur les pays producteurs, notamment l'Arabie saoudite, pour qu'ils augmentent leur offre n'ont jusqu'ici pas réussi.

Suite à cette annonce, les prix du pétrole remontaient.

Vers 13H50 GMT (14H50 à Paris), le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier gagnait 0,58 %, à 80,16 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois engrangeait 0,17 % à 76,88 dollars, alors que le brut baissait en début de séance.

Toutefois, pour Louise Dickson, analyste de Rystad, cette décision "ne fait que repousser le problème de l'approvisionnement dans le temps, et risque de mettre à rude épreuve des stocks de pétrole déjà faibles". Cette manoeuvre, sur la table depuis plusieurs semaines, était par ailleurs anticipée par nombre d'investisseurs.

Les cours des deux références de part et d'autre de l'Atlantique ont déjà amorcé une descente depuis près d'un mois, de l'ordre de 10 % depuis les derniers sommets du 25 octobre.

C'est aussi "un message clair pour l'Opep+" pour Mme Dickson et une nouvelle étape du "bras de fer" qui continue entre producteurs et consommateurs.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix alliés dont la Russie restreignent encore largement leur production d'or noir dans le cadre de l'accord Opep+ pour soutenir les prix, malgré le risque d'inflation à même de peser sur la reprise économique. Le recours aux réserves stratégiques des Etats-Unis et d'autres pays pourrait encourager l'Opep+ à limiter la hausse graduelle de leur production, et donc maintenir inchangé le niveau global de l'offre.

Puiser temporairement dans les réserves stratégiques : une mesure rare

Les réserves stratégiques américaines de pétrole ont été créées en 1975 pour contrecarrer les chocs pétroliers. Enfouies dans d'immenses cavernes de sel, allant jusqu'à 800 mètres de profondeur, le long de la côte du Golfe du Mexique, ces réserves peuvent emmagasiner jusqu'à 714 millions de barils d'or noir.

Ces réserves hautement surveillées, qui représentent la plus grande manne d'urgence de brut au monde, sont conservées dans une soixantaine de réservoirs forés dans une strate de sel répartis sur quatre sites, en Louisiane et au Texas.

Actuellement, le niveau des stocks se situe à 609 millions de barils, selon le département américain de l'Energie.

"La consommation de brut des Américains s'élevant à 19,5 millions de barils par jour, la mise sur le marché de 50 millions de barils correspond à trois jours de demande des raffineries du pays", a indiqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates , soulignant l'aspect symbolique de la mesure.