Janet Yellen : "Je pense qu'au second semestre 2022, nous verrons l'inflation revenir aux alentours de 0,2 ou 0,3 %"

En octobre, la hausse des prix s'est élevée à 0,9 % par rapport à septembre.

Janet Yellen : "Je pense qu'au second semestre 2022, nous verrons l'inflation revenir aux alentours de 0,2 ou 0,3 %"
©Belga Image
La Libre Eco avec AFP

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, s'attend à ce que l'inflation, qui est, aux Etats-Unis, au plus haut en 30 ans, se modère l'année prochaine, et retombe à 0,2 % ou 0,3 % sur un mois au second semestre 2022.

"J'espère et je pense qu'au second semestre de l'année prochaine, nous verrons les taux d'inflation CPI revenir plutôt aux alentours de 0,2 ou 0,3 %", a déclaré la ministre de l'Economie et des Finances de Joe Biden, qui intervenait virtuellement à la réunion annuelle de la chambre de commerce de providence (Rhode Island).

"Je pense que dans la seconde moitié de l'année prochaine, nous commencerons à voir l'inflation baisser et vous pourrez le voir en regardant les taux d'inflation mensuels", a-t-elle ajouté.

En octobre, la hausse des prix s'est élevée à 0,9 % par rapport à septembre, selon l'indice CPI du département du Travail. Par rapport à octobre 2020, l'inflation a même atteint 6,2 %, son plus haut niveau en 30 ans. Des taux d'inflation annuels qui, en revanche, "reculeront à un rythme très lent", a souligné Mme Yellen.

Selon elle, à mesure que la demande se déplacera des biens vers les services, que la vaccination sera déployée en Asie, où est fabriquée une large partie des biens importés et vendus aux Etats-Unis et dans le monde, et que l'offre sera plus abondante, les pressions sur les prix deviendront moins fortes.

Un autre indice mesurant l'inflation, le PCE, privilégié par la banque centrale américaine (Fed), doit être publié mercredi. Le président de la Fed Jerome Powell, qui a été renommé lundi par Joe Biden pour un second mandat, a assuré lundi que l'institution agirait pour que l'inflation ne "s'enracine pas". Mais la tâche est complexe, car une lutte contre l'inflation pourrait avoir comme effet d'entraver le redressement du travail.

Sur le même sujet