Fermeture de 44 guichets de la SNCB : "L'absence d'alternatives provoque une forme d'exclusion des plus faibles"

Avec ces fermetures dans tout le pays, syndicats et navetteurs déplorent notamment "la diminution de qualité du service offert aux voyageurs".

Fermeture de 44 guichets de la SNCB : "L'absence d'alternatives provoque une forme d'exclusion des plus faibles"
©Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Les syndicats CGSP Cheminots et CSC Transcom ainsi que l'association des usagers du rail Navetteurs.be mèneront des actions symboliques vendredi à 10h00 devant la gare d'Ans pour dénoncer la fermeture de 44 guichets de la SNCB, indiquent-ils mercredi dans un communiqué. Avec ces fermetures dans tout le pays, syndicats et navetteurs déplorent "la diminution de qualité du service offert aux voyageurs" et dénoncent "l'absence d'alternatives provoquant une forme d'exclusion des plus faibles, qu'ils soient socialement défavorisés, qu'ils souffrent d'un handicap ou encore d'illettrisme".

"Nous constatons malheureusement le même scénario depuis 2015 avec dans un premier temps une réduction des heures d'ouverture pour ensuite justifier des fermetures en raison du nombre de transactions en diminution aux guichets. Nous dénonçons une fois de plus ces méthodes qui sont basées sur des calculs forcément biaisés lorsqu'on sait que des stewards dirigent volontairement les voyageurs vers les automates dans les gares où des guichets sont encore accessibles", dénonce Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be.

Les syndicats critiquent aussi ces fermetures. La CGSP Cheminots déplore "l'attitude des fossoyeurs du rail et le manque de respect de ceux-ci envers les utilisateurs et les navetteurs".

"Le guichetier est aussi là pour informer, orienter les voyageurs, assister les personnes à mobilité réduite, sans oublier qu'une présence humaine c'est aussi une forme de contrôle social et un sentiment de sécurité pour les voyageurs", estime Marianne Lerouge, responsable générale de la CSC Transcom.

Sur le même sujet