Finalement, l'Horeca ne devra pas fermer à 20 heures

Les politiques ont décidé de ne pas suivre l'avis du GEMS. Les règles restent les mêmes : maximum 6 personnes par table et fermeture à 23H00.

La Libre Eco avec Belga

Les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées, rassemblés depuis vendredi 9H00 en Comité de concertation, auraient trouvé un accord provisoire sur l'horeca, où l'on ne changerait rien aux règles actuelles (maximum 6 par table, fermeture à 23H00). Sur ce point, les politiques ne suivraient donc pas les recommandations des experts, qui demandaient une fermeture des établissements à 20H00. Une mesure qualifiée d'"hypocrite" par le vice-Premier ministre Pierre-Yves Dermagne avant la réunion.

"Le gouvernement tient ses promesses et a tenu bon face aux virologues qui jouent au yoyo avec les entreprises", a déclaré Fabian Hermans, président de la Fédération Horeca Bruxelles.

Les établissements redoutaient plus que tout une fermeture à 20h qui aurait signifié un pas de plus vers la faillite du secteur. "Depuis un mois, on perd 50 % de notre chiffre d'affaires par rapport à 2019", déplore ainsi Fabian Hermans. "Pourtant, on avait connu une belle reprise pendant l'été et en septembre. Les bars, on n'en parle pas. Comment voulez-vous résister ?"

En Wallonie, même son de cloche, la fermeture à 23h des établissements occasionne des pertes de chiffre d'affaires de 30 à 50 % selon les lieux, note Pierre Poriau, secrétaire général d'Horeca Wallonie.

"La fermeture à 20h préconisée par les experts aurait été injustifiée", défend pour sa part Daniel Cauwel, président du SDI, la Fédération patronale interprofessionnelle. "Les restaurants ne sont pas responsables de la propagation du virus, leur chiffre d'affaires est déjà en berne et ils ont consenti les investissements nécessaires pour accueillir leur clientèle dans le respect des règles sanitaires."

Le secteur demande désormais que des mesures adéquates de soutien soient prises et souligne l'importance d'accomplir la vaccination de la population pour sortir de la crise.

Sur le même sujet