Gouvernance monétaire : Qui est Nadia Calviño, la ministre espagnole désignée à la tête du comité monétaire et financier du FMI

La ministre espagnole de l'Economie et de la transformation numérique, Nadia Calviño, a été choisie ce jeudi pour présider le Comité monétaire et financier (CMFI) du Fonds monétaire international.

Nadia Calviño pour remplacer la Première ministre suédoise, Magdalena Andersson,
Nadia Calviño est désignée pour remplacer la Première ministre suédoise, Magdalena Andersson, pour présider le Comité monétaire et financier du FMI. ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Mme Calviño prendra ses fonctions à compter du 3 janvier 2022 et pour les deux prochaines années. Elle avait déjà été désignée comme la candidate européenne à la présidence de ce comité qui conseille et rend compte au Conseil des gouverneurs du FMI. Elle succède à Magdalena Andersson, première femme à occuper ce poste, qui avait pris ses fonctions le 18 janvier 2021 et les quittera avant la fin de son mandat de trois années.

Nadia Calviño est première vice-présidente du gouvernement espagnol depuis le mois de juillet et ministre de l'Economie depuis 2018, précise le FMI. Elle a, auparavant, occupé plusieurs postes à la Commission européenne, notamment celui de directrice générale chargée du budget de 2014 à 2018. Elle a enseigné à la Faculté d'économie de l'Universidad Complutense de Madrid, et est diplômée en économie et en droit.

Le CMFI, composé de 24 membres qui sont des gouverneurs de banques centrales, des ministres des Finances ou des responsables de rang comparable, et qui figurent parmi les pays membres du FMI, examine des questions relatives à l'économie mondiale et offre au FMI des conseils sur l'orientation de ses travaux. Il se réunit deux fois par an, généralement en avril et octobre, lorsque les membres du FMI et de la Banque mondiale se retrouvent pour les réunions de printemps et annuelles. À l'issue de ses réunions, le CMFI publie un communiqué qui résume ses vues et qui oriente le programme de travail du FMI pendant les six mois à venir.

Accès assoupli à certaines aides d'urgence liées à la pandémie

Dans le même temps, le conseil d'administration du FMI a également annoncé ce jeudi qu'il a approuvé lundi la prolongation jusqu'à fin juin 2023 "des hausses temporaires des limites d'accès cumulées au titre de ses instruments de financement d'urgence".

En avril 2020, alors que la planète faisait face à la première vague de Covid-19, l'institution avait assoupli l'accès à ces aides, relevant notamment les montants que les pays pouvaient obtenir. La mesure avait déjà été prolongée à deux reprises, en septembre 2020 puis en mars 2021. Le conseil d'administration a en revanche permis "à toutes les autres limites d'accès qui avaient été temporairement augmentées de revenir à leurs niveaux d'avant la pandémie à partir du 1er janvier 2022, comme prévu".

"Cette décision reflète le passage progressif attendu et en cours, d'un financement d'urgence (...) lié à une pandémie", vers des prêts réguliers, a détaillé le FMI dans son communiqué. L'institution financière a cependant assuré que "la décision garantit l'accès continu des pays membres au financement d'urgence du Fonds, en cas de besoins urgents de la balance des paiements" pour les pays qui ne peuvent se financer autrement.

Les outils d'aide d'urgence du FMI sont l'instrument de financement rapide (IFR, RFI en anglais) et la facilité de crédit rapide (FCR, RCF en anglais). Le FCR est sans intérêt et accessible aux membres à faibles revenus, tandis que l'IFR est accessible à tous les membres du Fonds. Ces aides peuvent être décaissées très rapidement, pour aider les pays membres à mettre en oeuvre des politiques pour faire face aux urgences.

Sur le même sujet