Les soldes d'hiver démarrent avec des attentes modérées : "Le principal concurrent est désormais la vente en ligne"

Près de 40 % des détaillants de mode tablent sur une baisse des ventes.

Les soldes d'hiver démarrent avec des attentes modérées : "Le principal concurrent est désormais la vente en ligne"
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

La saison des soldes d'hiver reprend ce lundi et durera jusqu'au 31 janvier. Cette année encore, la pandémie de coronavirus tempère les attentes des commerçants.

Une enquête menée par la fédération sectorielle des détaillants de mode indépendants Mode Unie révèle qu'un peu plus de la moitié des magasins s'attendent à vendre autant que pendant les soldes d'hiver de l'année dernière. Quelque 40 % d'entre eux comptent sur une baisse des ventes.

Ainsi, seul un quart des détaillants s'attend à un meilleur chiffre d'affaires par rapport à janvier 2021, alors que ce mois était déjà mauvais. Selon le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), les recettes étaient déjà 40 % moins élevées l'année dernière qu'en 2020.

Les détaillants se retrouvent également avec des stocks très importants, indique l'organisation des indépendants. L'année écoulée n'a donc pas été très bonne, soulignent à la fois le SNI et Mode Unie. L'enquête de cette dernière fédération sectorielle montre que les ventes des détaillants de mode indépendants ont été décevantes à l'automne : 57,5 % ont déclaré avoir vendu moins qu'en année 2019 "normale", tandis que seul un cinquième a obtenu un meilleur résultat. En moyenne, les ventes ont été inférieures de 15 à 20 % à celles de 2019.

Moins besoin de vêtements

"Le début de la saison d'hiver a pourtant bien commencé en septembre et octobre avec des ventes au niveau de 2019. Cependant, depuis le resserrement des mesures en novembre, nous avons constaté une forte baisse", déclare Isolde Delanghe, du syndicat de la mode. "Les restrictions, la restauration limitée, le peu d'événements et les fêtes plus petites incitent les consommateurs à acheter moins de vêtements."

En outre, les fermetures en mars et avril de l'année dernière ont également eu un impact important sur les ventes, souligne Ann Van Doren du SNI. "C'est peu dire que les détaillants sont très inquiets.Les ventes globales sont encore très faibles". Mme Van Doren souligne également l'impact du télétravail. "Les consommateurs ne vont plus dans les centres commerciaux, soit parce qu'ils sont de toute façon chez eux, soit parce qu'ils ont peur d'une éventuelle contamination. Cela explique pourquoi, pour la moitié des détaillants, le principal concurrent est désormais la vente en ligne."

Pour ces soldes d'hiver 2022, selon Mode Unie, les détaillants de mode commencent avec des remises de 30 % en moyenne, ce qui correspond aux autres années.

Sur le même sujet