Vivre sur un bateau de croisière, un rêve bientôt accessible ? "Une fois que vous avez payé, vous pouvez ranger votre portefeuille et économiser pour le reste de l'année"

Storylines propose d'acheter un appartement à bord d'un bateau de croisière et de voyager toute l'année à travers le monde, le tout sans se ruiner.

Vivre sur un bateau de croisière, un rêve bientôt accessible ? "Une fois que vous avez payé, vous pouvez ranger votre portefeuille et économiser pour le reste de l'année"
©Shutterstock
A. Dms

Parcourir le monde depuis le confort de sa maison. Telle est la promesse de l'entreprise Storylines, dont le navire de croisière MV Narrative doit prendre la mer fin 2024. La société, créée il y a plusieurs années, souhaite redorer l'image des croisières et séduire de nouveaux publics. Contrairement à d'autres projets de bateaux de croisière résidentiels, qui visent souvent des ultra-riches, Storylines s'adresse à "Monsieur et Madame tout le monde" (ou presque), grâce à un prix plus abordable. L'entreprise propose en effet plus de 500 logements résidentiels à bord du futur navire de croisière. Tous les appartements sont meublés et les prix vont de 400 000 dollars à 8 millions d'euros.

Selon la fondatrice, Alister Punton, tous les appartements seront vendus d'ici la fin de l'année 2022. Le bateau, quant à lui, est encore en construction en Croatie. Une fois terminé, celui-ci comptera de nombreuses commodités : près de 20 concepts de restaurants et de bars, trois piscines, une bibliothèque abritant une dizaine de milliers de livres, une salle de cinéma, un centre de bien-être ou encore une piste de bowling. Tout est fait pour que les heureux propriétaires ne manquent de rien.

Dès la fin de l'année 2024, le MV Narrative devrait entamer son premier voyage, long de 1 000 jours, à travers le monde. Des escales de 3 à 5 jours sont prévues dans chaque port. "Ce qu'une compagnie de croisière typique pourrait faire en un mois ou trois semaines, nous prendrons trois à quatre mois pour le faire", a expliqué la fondatrice de Storylines à CNN Travel. "C'est dire à quel point nous prolongeons l'expérience. Et les résidents ont la possibilité de donner leur avis sur la prochaine destination du navire."

Achat ou location longue durée

Les futurs résidents auront plusieurs possibilités. Il leur sera possible de louer un logement sur le bateau pour 12, 24 ou 60 ans, mais également de l'acheter. "Avec un achat pur et simple, les résidents propriétaires bénéficient d'une clause de perpétuité, ce qui signifie qu'ils sont en mesure de passer à une nouvelle résidence sur un futur navire sans achat supplémentaire, ce qui en fait un investissement à long terme", explique Alister Punton. Comme lors d'investissements immobiliers classiques, ces appartements pourront bien sûr être loués ou revendus.

En plus des frais d'achat, les résidents devront s'acquitter de "frais de subsistance" allant de 65 000 à 200 000 dollars par appartement. Ceux-ci couvrent l'entretien du bateau, mais aussi la nourriture. "Une fois que vous avez payé vos frais, vous pouvez pratiquement ranger votre portefeuille ou vos cartes de crédit et économiser pour le reste de l'année si vous le souhaitez", assure la fondatrice de Storylines.

Le projet a déjà séduit de nombreuses personnes, de toutes les tranches d'âges. Parmi eux, des couples avec enfants. Encore une fois, tout est prévu pour que les jeunes puissent suivre une scolarité, grâce à de nombreux espaces éducatifs et au programme scolaire proposé à bord. Une équipe médicale est également prévue, ainsi qu'un bureau de poste.

Quel coût environnemental ?

Mais pour fonctionner et se déplacer, cette ville flottante dépense une énergie considérable. Un problème pris au sérieux, assure Storylines. L'entreprise soutient en effet que le projet a été étudié pour avoir une empreinte environnementale réduite. Plusieurs projets de développement durable sont en effet prévus, comme la création d'un jardin hydroponique alimenté par énergie solaire pour faire pousser les produits utilisés à bord.

"Nous serons sans aucun doute le navire de croisière le plus écologique du monde", déclare Alister Punton. Dans cette optique, le MV Narratives fonctionnera au gaz naturel liquéfié (GNL), l'un des carburants marins non électriques à combustion la plus propre. Mais ce n'est pas tout. "Il s'agit donc de la façon dont nous nous approvisionnons en nourriture, de la façon dont nous stockons les aliments en vrac, de leur culture à bord du navire, de la transformation des déchets en énergie, de la limitation de l'utilisation des plastiques et de toutes ces choses", insiste la fondatrice.

En 2019, le site ConsoGlobe estimait qu'un bateau de croisières de 2 500 passagers émettait, même à quai, "autant de particules fines, d'oxydes de soufre ou d'azote en une journée que 12 000 voitures".