Sortie du nucléaire : la prolongation d’exploitation de Doel 4 et Tihange 3 est possible, sous conditions

Pour l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) qui a remis au gouvernement fédéral son analyse, une prolongation des deux réacteurs est possible mais réclame la mise à jour des installations.

La Libre Eco
L'AFCN propose de consulter Engie Electrabel dans les six mois suivant la décision gouvernementale afin de déterminer rapidement les travaux à effectuer et à quel moment.
L'AFCN propose de consulter Engie Electrabel dans les six mois suivant la décision gouvernementale afin de déterminer rapidement les travaux à effectuer et à quel moment. ©Shutterstock

L'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a remis ce lundi au gouvernement fédéral son analyse concernant une éventuelle prolongation de la durée d'exploitation des réacteurs nucléaires les plus récents de Belgique.

Il en ressort que pour l'AFCN, la prolongation d’exploitation de Doel 4 et Tihange 3 est possible du point de vue de la sûreté nucléaire, mais seulement si les installations sont mises à jour.

Avec la DG Energie, l'organisme a établi une vue d'ensemble et un planning contenant les actions à entreprendre et les décisions nécessaires pour faire du "plan B", soit le scénario de prolongation de deux réacteurs, "un succès".

Pour que tout soit en ordre en 2025, année prévue de sortie du nucléaire, il faudrait que le gouvernement prenne une décision claire au premier trimestre 2022, mais aussi qu'une approche globale soit élaborée avec tous les acteurs concernés.

"Exigences nécessaires" et "ajustements possibles"

L'AFCN propose de consulter Engie Electrabel dans les six mois suivant la décision gouvernementale afin de déterminer rapidement les travaux à effectuer et à quel moment. Une distinction serait faite entre les "exigences nécessaires" et les "ajustements possibles".

Il y a également un certain nombre d'autres points importants à prendre en compte. Par exemple, l’AFCN estime qu'une prolongation devrait couvrir une période d'au moins dix ans afin de pouvoir développer un plan d'action approfondi pour améliorer la sûreté nucléaire. Il convient également d'examiner si des ressources humaines suffisantes sont disponibles pour organiser la prolongation de deux réacteurs simultanément au démantèlement des cinq autres, ainsi que la gestion et le stockage des déchets radioactifs.

Si le gouvernement fédéral décide le 18 mars de prolonger la période d'exploitation de Doel 4 et Tihange 3, l'AFCN demande la nomination d'un coordinateur qui veillera à ce que le plan soit correctement mis en œuvre et à ce que tous les acteurs remplissent les tâches qui leur sont assignées. Enfin, si le gouvernement fédéral confirme la sortie complète du nucléaire en mars, elle devra être considérée comme irréversible à partir de ce moment-là.

Sur le même sujet