Prix de l'énergie: les ministres se sont quittés sans accord cette nuit... mais un compromis semble proche

Les ministres du gouvernement fédéral réunis en comité restreint se sont quittés jeudi peu avant 2h00 du matin sans trouver d'accord sur le prix de l'énergie, a-t-on appris de sources concordantes.

La Libre Eco avec Belga
Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem.
Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem. ©BELGA

Un consensus existe sur une prolongation du tarif social mais, pour le reste, le dossier est toujours bloqué. Depuis plusieurs semaines, le gouvernement Vivaldi tente de trouver un accord pour permettre aux ménages de faire face à la flambée des prix de l'énergie. En octobre, les partenaires gouvernementaux avaient dégagé un accord sur la prolongation du tarif social élargi complété par un chèque énergie mais la mesure concerne les ménages à bas revenus. Or, la hausse des prix met également aujourd'hui en difficultés des ménages aux revenus moyens.

Le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), a mis sur la table une baisse de la TVA "intelligente" en deux phases, soit une réduction à 6% dans un premier temps et, ensuite, une modulation selon différents mécanismes. Mais, à plusieurs reprises, l'Open Vld a exprimé ses réticences à résoudre le problème via la TVA. Le parti du Premier ministre a insisté sur la nécessité de prendre en compte également la soutenabilité d'une mesure pour les finances publiques, et considère que la solution doit cibler les personnes qui sont le plus en difficultés.

D'autres mesures ont aussi été mises sur la table. Ainsi, le PS, s'il n'est pas fermé à une baisse de la TVA, soutient l'octroi d'un chèque énergie de 200 euros dont seraient exclus les ménages aux plus hauts revenus. Le MR a proposé un cliquet inversé reposant sur les accises.

Les discussions se poursuivront, a-t-on assuré. La date d'une nouvelle réunion n'a pas encore été annoncée. Aux yeux de plusieurs partis de la majorité, une solution doit être trouvée avant la fin de la semaine vu l'urgence de la situation.

A bonne source, l'on assurait toutefois qu'un compromis se dessinait, qui satisferait chacune des composantes de l'équipe De Croo: un chèque énergie (c'est-à-dire une réduction sur la facture) permettrait de trouver une solution temporaire tandis que la TVA sur l'énergie serait réformée pour permettre à terme une modulation avec les accises.