Conflit russo-ukrainien : le tarif du baril de pétrole s'enflamme à un niveau jamais vu depuis 2014, le gaz s'embrase de 33 %

Le baril de Brent a grimpé jusqu'à 105,28 dollars après l'annonce de l'opération militaire russe en Ukraine. Les cours du gaz, eux, bondissaient de plus de 30 %.

La Libre Eco avec AFP

Les prix du pétrole s'enflammaient jeudi, l'attaque aérienne et terrestre de l'armée russe contre l'Ukraine propulsant brièvement le baril de WTI américain à plus de 100 dollars, et celui de Brent à plus de 105 dollars, une première depuis 2014.

Vers 11H20 GMT (12H20 à Paris), le prix du baril de Brent de la mer du Nord, la référence de l'or noir en Europe, s'envolait de 7,92 % à 104,51 dollars, et le baril de West Texas Intermediate grimpait de 7,67 % à 99,16 dollars.

Les deux références du brut n'avaient plus connus de tels sommets depuis 2014. Moscou a lancé jeudi à l'aube une invasion de l'Ukraine, avec frappes aériennes à travers le pays, notamment sur la capitale Kiev, et l'entrée de forces terrestres depuis le nord, l'est et le sud du pays.

"Le marché prévoit un resserrement massif de l'offre" d'or noir, estime Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.

La Russie est l'un des premiers producteurs mondiaux de gaz et de pétrole, affolant les investisseurs quant à d'éventuelles ruptures d'approvisionnement en énergie."En cas d'interruption partielle des livraisons de pétrole russe, les autres grands pays producteurs ne pourraient compenser que dans une mesure limitée", prévient l'analyste.

Deux jours après avoir reconnu l'indépendance de territoires séparatistes ukrainiens du Donbass, le président russe Vladimir Poutine a donné le signal des hostilités. "J'ai pris la décision d'une opération militaire spéciale", a-t-il annoncé dans une déclaration surprise à la télévision avant 6H00 du matin (03H00 GMT).

"La tension bouillonnante entourant la reconnaissance par la Russie des territoires séparatistes de l'est de l'Ukraine s'est intensifiée du jour au lendemain", souligne Tamas Varga, de PVM Energy."À ce stade, on ne sait pas du tout ce qui pourrait ramener le président russe à la raison", abonde-t-il. "Par conséquent, les marchés boursiers et pétroliers resteront volatils."

Au moins 40 soldats et une dizaine de civils ont été tués jeudi aux premières heures de l'invasion russe de l'Ukraine, selon Kiev. L'offensive a suscité une tollé international, avec des réunions d'urgence prévues dans plusieurs pays occidentaux et notamment à l'Otan et à l'Union européenne.

Le gaz naturel s'embrase de 33 %

"La flambée du prix du pétrole est une terrible nouvelle pour les entreprises et les consommateurs, et fondamentalement cela clarifie l'un des principaux impacts de la guerre entre la Russie et l'Ukraine" sur l'économie mondiale: "elle servira à alimenter davantage l'inflation", affirme Russ Mould, analyste chez AJ Bell.

"Les factures d'énergie continueront d'augmenter", poursuit-il. La Russie est également le premier exportateur mondial de gaz naturel. Le Vieux continent importe environ 40 % de ses besoins depuis la Russie. Malgré cette dépendance au gaz russe, l'Europe a cependant "assez de stocks pour passer l'hiver", a assuré mercredi le secrétaire d'État français aux Affaires européennes Clément Beaune.

A la suite de la reconnaissance de provinces ukrainiennes prorusses, l'Allemagne avait fini par se résoudre mardi à suspendre la certification du gazoduc Nord Stream 2, un projet phare pour Berlin comme pour Vladimir Poutine mené depuis longtemps malgré les critiques.

Un haut responsable américain a vu dans l'annonce de Berlin un "tournant majeur" qui "libérera l'Europe de l'étau géostratégique russe" lié à l'approvisionnement en gaz naturel. Le marché de référence en Europe, le TTF (Title Transfer Facility) néerlandais se négociait à 117,50 euros le mégawattheure (MWh), après avoir culminé à 125,00 euros plus tôt dans la journée.

Le prix du gaz naturel s'est ainsi envolé de 33 %, la plus importante hausse en une journée depuis 2019.

>> Lire aussi : Notre approvisionnement énergétique est-il menacé  ?