Le rouble rebondit, porté par le désaccord entre gouvernements européens et Etats-Unis sur l'interdiction d'importer du pétrole russe

Les ministres européens discutent d'une extension des sanctions contre la Russie : des restrictions sur l'importation de pétrole et de produits pétroliers sont envisagées. Mais plusieurs pays s'y opposent.

La Libre Eco avec Belga
Le rouble rebondit, porté par le désaccord entre gouvernements européens et Etats-Unis sur l'interdiction d'importer du pétrole russe
©Shutterstock

La valeur du rouble a augmenté d'un quart par rapport au dollar ce mardi matin. La raison de ce bond semble être le désaccord entre les gouvernements de l'Union européenne et les États-Unis sur une mesure visant à interdire l'importation de pétrole russe.

Les ministres européens discutent d'une extension des sanctions contre la Russie : des restrictions sur l'importation de pétrole et de produits pétroliers sont envisagées. Mais plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, s'opposeraient à une telle mesure. D'autres Etats membres comme la Pologne, en revanche, feraient pression sur le bloc pour qu'il s'attaque aux combustibles fossiles. Selon les experts, la résistance allemande en particulier a fait grimper le prix du rouble, qui a fortement chuté ces derniers temps.

L'administration Biden, quant à elle, envisage d'interdire l'importation de pétrole russe sans l'accord des alliés européens, du moins dans un premier temps. Si les États-Unis devaient interdire le seul pétrole russe, cela aurait un impact sur 400 000 barils par jour, selon les experts. Si l'UE s'y joint, ce sera près de 5 millions de barils.

Les pays occidentaux ont imposé des sanctions sévères à la Russie en raison de son invasion de l'Ukraine. Ceux-ci ont provoqué une forte baisse de la monnaie. Le gel des avoirs de la banque centrale russe par l'Occident rend également plus difficile la défense de la valeur du rouble. Pour lutter contre la poursuite de la dépréciation et la hausse de l'inflation, la banque centrale a déjà relevé fortement le taux d'intérêt directeur, qui est passé de 9,5 % à 20 %.

Toutefois, la monnaie russe a connu mardi sa plus forte hausse en une journée depuis septembre 1998. A noter qu'en raison de la forte divergence entre les prix de l'offre et de la demande, le saut de valeur du rouble est approximatif.