Les prix des matériaux de construction ont déjà grimpé de 12 %, et ne vont pas s'arrêter

Ces hausses concernent surtout l'acier, le bois, les matériaux d'isolation et les métaux non ferreux.

La Libre Eco avec Belga
Les prix des matériaux de construction ont déjà grimpé de 12 %, et ne vont pas s'arrêter
©Shutterstock

Alors qu'ils flambent depuis plusieurs mois, les prix des matériaux de construction continuent à grimper ces dernières semaines, notamment à cause de la guerre en Ukraine, alerte jeudi la Confédération Construction, qui ne s'attend pas à ce que cette tendance s'arrête prochainement. Depuis début janvier, les prix des matériaux de construction auraient augmenté jusqu'à 12 %, selon une enquête de l'organisation sectorielle auprès de 210 entreprises.

Ces hausses "concernent surtout l'acier, le bois, les matériaux d'isolation et les métaux non ferreux et, le moins, les produits en verre, les matériaux d'infrastructure, les briques et les tuiles. Avec la guerre en Ukraine, 95 % des entrepreneurs s'attendent à des nouvelles augmentations durant ces prochains mois, surtout pour les produits d'acier", indique la Confédération Construction dans un communiqué.

L'augmentation des prix des matériaux est supportée dans la moitié des cas par l'entreprise de construction, ce qui pèse sur la rentabilité, poursuit l'organisation sectorielle. Dans l'autre moitié des cas, les hausses sont imputées au client, mais plus souvent seulement partiellement (29 %) que complètement (18 %).

Par ailleurs, 72 % des entreprises interrogées par la Confédération Construction constatent une dégradation des délais de livraison. Ces retards concernent surtout les matériaux d'installation, comme les briques et les tuiles, ainsi que les produits d'acier. Là aussi, une grande majorité des entrepreneurs (83 %) s'attendent à une aggravation de la situation à la suite de la guerre en Ukraine, surtout pour les produits d'acier.

Enfin, la Confédération Construction précise que fin 2021, le secteur de la construction comptait en Belgique 2.500 travailleurs détachés ukrainiens. Un peu plus d'un entrepreneur sur 10 qui travaille avec des ouvriers détachés ukrainiens signale que certains collaborateurs sont retournés dans leur pays d'origine.