Posséder une carte carburant ? Un avantage de 840 euros

Avec la flambée des prix de l'essence et du diesel, il est clair que disposer d'une voiture de société - avec une carte de carburant - devient un avantage non négligeable. Selon De Standaard, l'écart entre les détenteurs de cette carte et ceux qui ne l'ont pas a désormais augmenté de 840 euros.

La Libre Eco
Un employé disposant d'une carte diesel est mieux protégé contre l'inflation énergétique.
Un employé disposant d'une carte diesel est mieux protégé contre l'inflation énergétique. ©Shutterstock

Actuellement, un plein de 50 litres de diesel coûte plus de 100 euros. Il y a encore un an, il était à 75 euros. Face à cette inflation énergétique, disposer d'une voiture de société constitue un réel avantage, surtout que la plupart d'entre elles roulent au diesel. Un avantage qui implique que l'employé n'est pas soumis à une limite de kilomètres à parcourir et qu'il possède également - dans la majorité des cas - une carte de carburant (le plein est pris en charge par son employeur).

Selon les calculs de nos confrères du Standaard, qui se basent sur les chiffres du SPF Mobilité, une voiture de société parcourait en moyenne 28 000 kilomètres par an avant la pandémie. En partant du principe que la consommation moyenne est de 6 litres par 100 kilomètres, la carte de carburant permet ainsi de couvrir 1 680 litres de diesel par an. Or, de nos jours, le diesel coûte désormais un peu plus de 2 euros par litre, contre une moyenne d'environ 1,5 euros ces dernières années, ce qui représente une différence de 0,5 euro sur un total de 1 680 litres de diesel par an. Vous suivez toujours ? En clair : l'écart est aujourd'hui de 840 euros par rapport à l'avant-Covid. Inutile de préciser que posséder une carte carburant est donc un avantage d'autant plus important.

Un avantage qui coûte cher

Un employeur ne peut pas faire grand chose pour économiser sur ces cartes de carburant, celles-ci étant prévues par des accords contractuels non modifiables. Et au vu de l'inflation galopante, il est difficile de croire qu'un employé serait prêt à un ajustement éventuel. Tout ce que le patron peut faire est de sensibiliser ses salariés à économiser sur le carburant.

Qu'en est-il pour les salariés sans voiture de fonction ? Dans la plupart des cas, l'employeur intervient dans les déplacements domicile-travail. Toutefois, cette compensation ne suit pas forcément l'évolution du prix du carburant. Avec l'inflation énergétique, elle-même combinée à l'indexation des salaires - et donc à la hausse de ces derniers -, cette aide peut désormais coûter très - trop - cher pour l'employeur.

A terme, l'avantage de la carte de carburant pour l'essence ou le diesel disparaîtra probablement puisque toutes les voitures de société devront être électriques à partir de 2026.