"La guerre en Ukraine démontre l'importance de revalider le CRM en tenant compte du contexte"

Même en cas de prolongation de deux unités nucléaires (GW), il faudrait à minima trois grandes centrales gaz pour assurer la sécurité d'approvisionnement dès 2025.

La Libre Eco avec Belga
"La guerre en Ukraine démontre l'importance de revalider le CRM en tenant compte du contexte"
©Shutterstock

Si le gouvernement fédéral décidait de prolonger 2 GW de capacités nucléaires, il devrait lancer sans délai une procédure d'urgence auprès de la Commission Européenne afin qu'elle revalide le marché de capacité belge (CRM) en tenant compte des évolutions du paysage énergétique européen, plaide mercredi la fédération des producteurs d'électricité (Febeg) dans un communiqué. "La guerre en Ukraine et l'indisponibilité partielle actuelle du parc nucléaire français démontrent que disposer de suffisamment de production locale et pilotable pour garantir la sécurité d'approvisionnement est plus critique que jamais", souligne la Febeg, qui réclame de la clarté.

Pour la fédération, même en cas de prolongation de deux unités nucléaires (GW), il faudrait à minima trois grandes centrales gaz (équivalent à environ 2,5 GW de capacité) pour assurer la sécurité d'approvisionnement dès 2025.

Cet horizon est "déjà extrêmement serré sur le plan industriel, et l'hiver 2025 sera de toute façon critique", souligne Marc Van den Bosch, general manager de la Febeg. "La Belgique doit lancer sans délai une procédure d'urgence auprès de la DG Concurrence de la Commission Européenne en vue de valider le marché de capacité belge, et ce en prenant en compte les évolutions récentes et exceptionnelles du paysage énergétique européen, y compris une éventuelle prolongation de 2 GW de capacités nucléaires."