De plus en plus de Belges menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale

C'est ce qui ressort des données publiées ce lundi par l'office statistique Statbel.

La Libre Eco avec Belga
De plus en plus de Belges menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale
©Shutterstock

La part des Belges menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale a légèrement augmenté en 2021 par rapport à 2020. C'est ce qui ressort des données publiées ce lundi par l'office statistique Statbel. L'enquête européenne sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC) montre que, l'année dernière, 13,1 % de la population belge était considérée comme exposée au risque de pauvreté monétaire parce qu'elle appartenait à un ménage à faible revenu. En outre, 11,9 % vivaient dans un ménage où le taux de chômage était élevé et 6,3 % ne pouvaient satisfaire un certain nombre de besoins fondamentaux (privation matérielle grave). Parmi la population, 2,2 %, soit quelque 246 000 Belges, appartiennent aux trois groupes à risque.

Les personnes se trouvant dans au moins une des situations susmentionnées sont considérées comme un groupe à risque de pauvreté ou d'exclusion sociale. Pour l'ensemble de la Belgique, 19,3 % de la population (2 199 000 Belges) étaient menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale en 2021, soit une très légère augmentation par rapport à 2020, où ce chiffre était de 18,9 % (2 152 000 Belges).

Après des pics en 2012 (21,6 %) et 2014 (21,2 %), la part a diminué légèrement mais régulièrement jusqu'en 2020. En 2019, à 19,5 %, la part est passée sous la barre du cinquième pour la première fois depuis le début des EU-SILC en 2003. Au cours des trois années précédentes, les chiffres étaient respectivement de 20 %, 20,6 % et 20,9 %.

Il existe de grandes différences entre les régions. C'est à Bruxelles que le risque de pauvreté et d'exclusion sociale est le plus élevé, avec 34,9 % en 2021 (33,3 % en 2020), suivie par la Wallonie avec 25,4 % (24,6 % en 2020) et la Flandre avec 13,1 % (13 % en 2020).

Au niveau provincial, le risque de pauvreté ou d'exclusion sociale est le plus élevé dans le Hainaut (29,2 %) et le plus faible en Flandre occidentale (10,2 %).