Christine Lagarde (BCE) : "L'invasion de l'Ukraine a entrainé une incertitude considérable pour les perspectives économiques dans l'UE"

Selon Mme Lagarde, les investissements des entreprises risquent aussi d'être touchés.

La Libre Eco avec AFP
Christine Lagarde (BCE) : "L'invasion de l'Ukraine a entrainé une incertitude considérable pour les perspectives économiques dans l'UE"
©Shutterstock

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a prévenu mercredi qu'un conflit prolongé en Ukraine continuerait de faire augmenter les prix de l'énergie et le coût de la vie en Europe. L'invasion de l'Ukraine lancée par la Russie le 24 février a entrainé "une incertitude considérable" pour les perspectives économiques dans l'Union européenne, a déclaré Mme Lagarde en visite à Chypre.

Ces économies avaient rebondi plus vite que prévu des conséquences de la pandémie de Covid-19, a souligné Mme Lagarde.

Mais la guerre a eu un impact économique marqué par ce que "les économistes appellent un 'choc d'offre' qui (...) accentue l'inflation et réduit la croissance simultanément", a-t-elle expliqué. Selon Mme Lagarde, les prix de l'énergie devraient rester en hausse, le prix du gaz ayant déjà augmenté de 52 % depuis le début de l'année et celui du pétrole de 64 %.

Les prix des produits alimentaires devraient aussi être affectés, a ajouté la directrice, l'Ukraine et la Russie représentant 30 % des exportations de blé au niveau mondial. De ce fait, les ménages deviennent plus pessimistes et pourraient réduire leurs dépenses, selon elle.

"La confiance des consommateurs est tombée ce mois-ci à son plus bas niveau depuis mai 2020", en pleine crise du Covid-19.

Selon Mme Lagarde, les investissements des entreprises risquent aussi d'être touchés. "Il est clair que plus la guerre durera, plus les coûts économiques seront élevés et plus la probabilité de perspectives défavorables sera grande".

"Avec une réponse politique appropriée, nous pouvons atténuer les conséquences économiques de la guerre et gérer les niveaux élevés d'incertitude auxquels nous sommes confrontés", a-t-elle toutefois estimé.

Pour Christine Lagarde, la guerre en Ukraine a révélé les "faiblesses stratégiques profondes de nos relations en matière de sécurité et de commerce, que nous ne pouvons résoudre qu'en étant plus unis".