Le Kremlin annonce de nouvelles coupures de gaz si les livraisons ne sont pas payées en roubles

La Russie coupera les livraisons de gaz à encore plus de pays s'ils ne paient pas en roubles, comme le prévoit un décret du président russe Vladimir Poutine, a déclaré ce mercredi le porte-parole du Kremlin.

Cela n'a rien à voir avec du chantage, a répondule Kremlin aux déclarations de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.
Cela n'a rien à voir avec du chantage, a répondu le Kremlin aux déclarations de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. ©BELGA
La Libre Eco avec Belga

La Russie coupera les livraisons de gaz à encore plus de pays s'ils ne paient pas en roubles, comme le prévoit un décret du président russe Vladimir Poutine, a déclaré ce mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov. Ce matin, l'approvisionnement en gaz naturel russe de la Pologne et de la Bulgarie a été interrompu.

Cela n'a rien à voir avec du chantage, a répondu M. Peskov aux déclarations de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Selon le porte-parole, la Russie a imposé un nouveau mécanisme de paiement en réponse aux "mesures hostiles sans précédent" prises par les pays européens. Ces mesures ont été prises après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Nouveau mécanisme de paiement

Le nouveau mécanisme de paiement est défini dans un décret présidentiel. Elle oblige les entreprises à ouvrir deux comptes auprès de Gazprombank : l'un en devise étrangère et l'autre en roubles. La banque russe convertira ensuite les paiements en devises étrangères en roubles avant de transférer l'argent à la compagnie gazière publique Gazprom.

L'Union européenne n'est pas d'accord avec cette façon de travailler. Les entreprises européennes acceptant de payer le gaz russe en roubles violent les sanctions de l'UE et s'exposent à un risque juridique "élevé", a averti la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. "Environ 97 % des contrats (entre des groupes de l'UE et les fournisseurs de gaz russe) prévoient des paiement en euros ou dollars (...) Les entreprises avec de tels contrats ne doivent pas céder à l'exigence de la Russie, ce serait contrevenir aux sanctions" imposées par les Vingt-Sept, a-t-elle ajouté.

Mais selon le Kremlin, encore plus de clients pourraient être coupés du gaz russe s'ils ne se conforment pas au décret lorsqu'ils doivent effectuer de nouveaux paiements. Une source anonyme proche de Gazprom avait précédemment déclaré à l'agence financière Bloomberg que ce serait au plus tôt dans la deuxième quinzaine de mai.

Le prix du gaz européen a fortement augmenté mercredi matin, dépassant les 120 euros, après qu'il a été confirmé que la Pologne et la Bulgarie ne recevaient plus de gaz. Mais ensuite, le prix a encore baissé. Vers 13H30, heure belge, le principal contrat à terme TTF néerlandais pour le gaz, avec livraison en mai, était coté autour de 107 euros, soit 4 % de plus que mardi soir.

>> Lire aussi : Moscou exige que son gaz soit payé en roubles : "Si ces paiements ne sont pas effectués, nous considérerons qu’il s’agit d’un défaut de paiement de la part des acheteurs"

Sur le même sujet