En Turquie, une inflation toujours galopante flirte avec les 70 % en avril

Depuis plus d'un an, les données liées à l'inflation en Turquie ne cessent d'affoler les compteurs.

En Turquie, une inflation toujours galopante flirte avec les 70 % en avril
©AFP
La Libre Eco avec AFP

L'inflation a bondi à 69,97 % sur un an en avril en Turquie, en hausse continue depuis près d'un an, selon les chiffres officiels publiés ce jeudi. En mars, la hausse des prix à la consommation, conséquence de l'effondrement de la livre turque et de la flambée des cours de l'énergie notamment, avait atteint 61,14 % en glissement annuel.

Malgré les craintes de nouvelles hausses de prix liées à la guerre entre l'Ukraine et la Russie, d'où la Turquie importe énergie et céréales, la Banque centrale turque n'a pas pour le moment relevé ses taux d'intérêt - établis à 14 % depuis fin 2021. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime à rebours des théories économiques classiques que les taux d'intérêt élevés favorisent l'inflation, avait contraint l'institution à abaisser son taux directeur de 19 % à 14 % entre septembre et décembre, entraînant une chute de la livre.

La monnaie a ainsi vu sa valeur fondre de 44 % face au dollar en 2021, et a encore perdu plus de 11 % face au billet vert depuis le 1er janvier.

Une inflation de 156 % ?

L'inflation est au cœur des débats en Turquie, à 15 mois de l'élection présidentielle prévue en juin 2023, l'opposition et nombre d'économistes accusant l'Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment et largement son ampleur.

Des économistes turcs indépendants du Groupe de recherche sur l'inflation (Enag) ont affirmé jeudi matin que l'inflation atteignait en réalité 156,86 % sur un an, plus de deux fois le taux officiel.

Le président Erdogan, qui avait promis en janvier de ramener l'inflation à un chiffre "le plus vite possible", a assuré la semaine dernière que celle-ci "commencera à ralentir après le mois de mai".

La Turquie connaît une inflation à deux chiffres presque sans discontinuer depuis début 2017, mais n'avait jamais connu une telle hausse des prix à la consommation depuis l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) du président Erdogan fin 2002.

Sur le même sujet