Pas de permis pour la centrale au gaz de Vilvorde: "Nous nous posons des questions quant à la sécurité d'investissement en Flandre"

La députation permanente du Brabant flamand n'a pas trouvé d'accord en son sein sur la demande de permis déposée par le groupe Engie pour la construction d'une nouvelle centrale au gaz à Vilvorde, a-t-elle annoncé jeudi.

Photo d'illustration
Photo d'illustration ©BELGA

La députation permanente du Brabant flamand n'a pas trouvé d'accord sur la nouvelle demande de permis déposée par le groupe Engie en vue de construire une nouvelle centrale au gaz à Vilvorde. Pour rappel, deux projets de nouvelles centrales au gaz, portés par Engie, avaient initialement été sélectionnés pour faire face à la sortie du nucléaire : Vilvorde (Brabant flamand) et Les Awirs (Liège). Mais suite au refus du permis régional de la centrale de Vilvorde, le projet de Luminus à Seraing avait été repêché.

Engie n'a cependant pas renoncé à son projet de Vilvorde et a déposé une nouvelle demande de permis devant la députation permanente du Brabant flamand. Celle-ci n'a pas trouvé d'accord sur cette demande. Selon l'agence Belga, les députés Ann Schevenels (Open Vld) et Tom Dehaene (CD&V) ont voté en faveur de l'octroi du permis alors que deux N-VA, Bart Nevens et Gunther Coppens, ont voté contre.

Contacté, le groupe Engie indique qu'il va introduire un recours et que le dossier va donc atterrir sur le bureau de la ministre flamande de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA). On sait que la nationaliste est partisane du nucléaire et opposée aux centrales au gaz. "Nous nous étonnons que la députation du Brabant flamand ne soit pas en mesure d'arriver à un accord, commente Hellen Smeets, porte-parole d'Engie. Le projet respecte pourtant la réglementation flamande, comme l'a fait savoir le comité d'experts qui s'est penché sur le dossier. Nous nous posons des questions quant à la sécurité d'investissement en Flandre".

Même si la centrale de Vilvorde devait finalement recevoir son permis, il n'est pas certain qu'elle sera construite. En effet, Engie ne réalisera cet investissement que dans le cadre du CRM, le mécanisme de rémunération de la capacité. Or, en cas de prolongation de Doel 4 et Tihange 3, une troisième centrale au gaz ne sera pas nécessaire, selon la Vivaldi. A moins que les négociations entre Engie et le gouvernement sur le nucléaire ne capotent, la centrale de Vilvorde serait donc condamnée.

Sur le même sujet