Des conditions météorologiques désastreuses ont perturbé la production de vin belge

Un peu moins de deux viticulteurs sur trois sont encore situés en Flandre, bien que la Wallonie rattrape fortement son retard.

La Libre Eco avec Belga
Des conditions météorologiques désastreuses ont perturbé la production de vin belge
©Shutterstock

Les conditions météorologiques ont pesé sur la récolte dans les vignes belges l'an dernier. Des insectes, les sangliers et les étourneaux ont, eux, été nombreux à apprécier la qualité du raisin. En progression constante ces dernières années, la production de vin a donc fortement reculé, de 27 % entre 2020 et 2021, à 1,35 million de litres, ressort-il de chiffres du SPF Economie. Le sud du pays a été plus affecté par ces aléas puisque la production y a baissé de 35 % (640.332 litres contre 1.003.059 en 2020). Le recul est plus modéré en Flandre (-15 %, à 718.738 litres), qui redevient par la même occasion la Région la plus productive.

Principale cause de ce ressac généralisé: une météo capricieuse. Les gelées tardives au printemps ont eu un effet néfaste sur les vignes en bourgeonnement. L'été n'a pas offert un climat plus serein, entre des rayons de soleil trop ardents et une longue période de pluie. Cette humidité persistante a constitué un terreau idéal pour le mildiou, un champignon qui s'attaque aux feuilles pendant la floraison et ensuite aux raisins.

La faune aussi a causé des dégâts, relève le SPF Economie. La mouche à fruits Suzuki, détectée récemment en Belgique, pond ses œufs dans les raisins mûrs. À leur éclosion, les larves en dévorent la pulpe. En outre, la mouche inocule des bactéries qui produisent du vinaigre. Une fois les raisins pressés, le vinaigre qu'ils contiennent en détériore le goût. Les guêpes, attirées par les sucres du raisin, endommagent aussi des grappes entières.

En outre, plusieurs vignerons ont relevé des dégâts provoqués par des nuées d'étourneaux qui attaquent les meilleurs raisins. Les vignerons doivent également protéger leur vignoble des sangliers, qui s'empiffrent de raisins et de pampres.

Tous ces tracas n'ont pas découragé les nouveaux candidats à rejoindre la profession. Ils étaient 237 vignerons professionnels et amateurs en 2021, contre 198 un an auparavant et 154 en 2019. C'est en province de Liège qu'ils ont été les plus nombreux à franchir le pas (32 vignerons contre 21 en 2020). Avec 63 %, la Flandre compte toujours deux fois plus de viticulteurs que la Wallonie, mais celle-ci continue de rattraper son retard.

Au total, pas moins de 695 hectares étaient destinés à la production de vin en Belgique. En moyenne, un viticulteur plante trois hectares de vignes. Seuls 14 producteurs possèdent plus de 10 hectares, conclut le SPF Economie.

Sur le même sujet