La Russie pourrait bientôt ne plus pouvoir rembourser sa dette en dollars : nouveau risque de défaut de paiement ?

La dette extérieure de la Russie représente, selon son ministère des Finances, environ 4 500 à 4 700 milliards de roubles (une cinquantaine de milliards d'euros au taux actuel), soit 20 % de la dette publique totale.

La Libre Eco avec Belga
La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, parle de "difficultés de paiements".
La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, parle de "difficultés de paiements". ©AFP

Les Etats-Unis ne vont "probablement" pas prolonger l'exemption aux sanctions occidentales qui a permis à la Russie de continuer temporairement à payer sa dette en dollars, et ainsi d'échapper au défaut de paiement, a prévenu mercredi la secrétaire au Trésor américain Janet Yellen. "Lorsque nous avons imposé pour la première fois des sanctions à la Russie, nous avons créé une exemption (...) et l'on s'attendait à ce qu'elle soit limitée dans le temps", a-t-elle justifié lors d'une conférence de presse précédant une réunion des ministres des Finances du G7 en Allemagne."Je pense donc qu'il est probable que la licence soit autorisée à expirer", a ajouté Mme Yellen, affirmant toutefois qu'il "n'y a pas encore eu de décision finale" sur le sujet.

Cette exemption expire, selon les règles des sanctions, le 25 mai. En place depuis le début des sanctions occidentales contre la Russie, en représailles de la guerre en Ukraine, cette exemption permet à Moscou de rembourser sa dette en dollars détenus en Russie. Elle avait été décidée par Washington pour "permettre qu'une transition ordonnée ait lieu et que les investisseurs puissent vendre leurs titres", a expliqué Mme Yellen.

La Russie ne peut en revanche plus rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines, dans le cadre des sanctions renforcées prises par les Etats-Unis le 5 avril.

La date-butoir du 25 mai intervient deux jours avant la prochaine échéance de paiement pour Moscou, qui porte sur 100 millions d'euros d'intérêts sur deux obligations, dont l'une ne pouvant explicitement pas être payée en roubles. Le pays pourrait donc faire face à un risque de défaut de paiement.

La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, avait assuré le 29 avril qu'on "ne peut pas parler de défaut", tout en reconnaissant que Moscou fait face à des "difficultés de paiements".